Actualité

Sexe au travail : les femmes prennent les choses en main

Non, vous n’êtes pas dans la rubrique coquine de votre magazine préféré ; c’est juste que, la dernière étude eDarling effectuée sur 1790 membres célibataires montre que les hommes en parlent, les femmes, elles, le font ! Messieurs vous avez tendance à fantasmer… Prenez donc exemple sur les femmes qui, sautent le pas dans la réalité.

Je fantasme donc je suis

Une fois n’est pas coutume, les hommes et les femmes sont d’accords sur le sujet : ils fantasment tous sur leur lieu de travail. En effet, 69,7 % des hommes arborent ce sourire gaga en rêvassant sur  leurs collègues contre 55,3 % des femmes. Dans le lot, pendant que 34,7 % des femmes reboutonnent leur chemise ou réajustent leur coiffure, 31,8 % d’hommes cherchent encore les mots. D’ailleurs, quand on pose la question : « Faire l’amour au bureau, qu’en pensez-vous ? », 35,3 % des hommes répondent « J’adorerais » ( contre 20,8 % des femmes) et les femmes sont 15,4 % à répondre « C’est déjà fait ! » (contre 14,3 % des hommes).

C’est la faute du travail

Rien de surprenant pour Sabrina Philippe, psychologue et conseillère eDarling: « Nous passons la majorité de notre temps sur notre lieu de travail, et c’est également l’endroit où nous fréquentons le plus de personnes dans une proximité quotidienne, il est donc normal que cette intimité puisse dériver vers des relations sortant du cadre professionnel. Le cloisonnement de nos comportements et sentiments en fonction du lieu où nous nous trouvons est en réalité factice, nous séduisons, aimons, détestons, sympathisons en permanence, dès que nous sommes face à l’autre ».

007 ou presque

Par contre pour ces coquins du bureau ou de la photocopieuse, pour ces stratèges de l’ascenseur ou du couloir peu éclairé,  il est important de rester discret concernant sa vie privée. Ils ne sont pas nombreux (10 %) à rédiger leur lettre de démission une fois redescendu du septième ciel, ou du troisième selon les cas…Par contre ils sont plus unanimes (50 %) à déclarer que pour vivre heureux, il faut vivre caché et plus de la moitié à considérer qu’une telle relation demande une grande organisation; une vie d’agent double en somme.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page