Start-Up

Un serial entrepreneur engagé, Alexis Krycève

Alexis Krycève est à la tête de la société AK2C, spécialisée dans le conseil en stratégie RSE, et de la start-up Treez qui conçoit des accessoires de mode qui contribuent à la reforestation.  

Après un baccalauréat scientifique, Alexis Krycève intègre HEC en 1997. Un an plus tard, il effectue un stage à l’association étudiante « Solidarité France Népal » avant de rejoindre l’équipe de L’Oréal en tant que stagiaire en Allemagne puis en Angleterre de 1999 à 2000. L’année d’après, Alexis s’essaye à plusieurs petites expériences entrepreneuriales avant de finalement pénétrer le marché du travail en tant que salarié.

Ce serial entrepreneur en devenir débute sa carrière professionnelle au sein d’Alter Eco, entreprise spécialisée dans le commerce équitable. Il participe activement au développement de la société qui décide de réorienter son business model vers la grande distribution. Pendant près de 6 ans, il occupe le poste de codirecteur général, avant de quitter la structure en 2008. 

Un an après sa démission, Alexis participe à la création du collectif Pur Projet avec quelques entrepreneurs sociaux, dont Tristan Lecomte, fondateur d’Alter Eco, avec lequel il a gardé contact. Ensemble, ils développent ainsi le concept de leur nouvelle organisation : mettre en place des programmes de reforestation à travers le monde. La marque est portée par plusieurs sociétés dont AK2C, qu’Alexis Krycève fonde la même année que le collectif. L’entreprise en question délivre des prestations de conseil en matière de stratégie et de développement durable pour les professionnels afin de les aider à mieux intégrer les enjeux environnementaux et en faire des leviers de business. En 2014, la société réalise un chiffre d’affaires de 350 000 euros.

En parallèle de ces deux aventures, Alexis Krycève crée la marque Treez, spécialisée dans la vente d’accessoires de mode. Le principe est simple : un bracelet acheté équivaut à un arbre planté au Ghana, en Thaïlande, en France, au Brésil, aux Philippines ou au Pérou. Actuellement en plein développement, Treez compte 5 salariés et son chiffre d’affaires atteint 100 000 euros en 2014 et vise cette année un objectif de 250 000 euros. 

Aujourd’hui, l’homme est devenu un véritable boulimique de l’entrepreneuriat. « J’éprouve un réel épanouissement dans l’activité d’entrepreneur et ne peux envisager un autre métier » analyse Alexis Krycève. à travers son parcours, il a pris goût à ce cadre de vie très dynamique, dont il apprécie la liberté, la créativité et la possibilité d’orienter sa vie comme il le souhaite. 

Ce « patron coach », comme il aime s’appeler lui-même, se voit comme un capitaine d’équipe qui défend une vision participative du management. Très attentif à ses équipes, il accorde une importance toute particulière au développement personnel de ses employés ainsi qu’à l’autonomie. « Je me rappelle avoir accepté un contrat de télétravail à un de mes salariés qui souhaitait faire le tour du monde», raconte-t-il.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page