DévelopperLe B.A. BA du commercialVente

La 10e raison pour laquelle vous ne vendez pas suffisamment

Quand vous cherchez des solutions la plupart du temps vous souhaitez vraiment les trouver. Mais certaines fois, la réponse à votre problème pourrait vous sembler douloureuse et donc, tout en la cherchant sincèrement, vous n’êtes pas prêt(e) à l’entendre. La question des ventes insuffisantes n’échappe pas à ce phénomène.

La 10e raison : vous avez peur.

Il s’agit d’une raison vraiment simple mais qui arrive à l’immense majorité des entrepreneurs surtout quand ils doivent aller se confronter au marché. Survient alors la peur de décrocher son téléphone, peur d’aller voir ses prospects. Autrement dit, vous avez peur de réaliser les ventes. Rassurez-vous c’est normal puisque la peur est le grand mal du siècle. Aujourd’hui, on a tendance à la remplacer le mot à la mode « stress ». Il est vrai que cela fait plus branché de dire « je suis stressé(e) » ou mieux encore « ça me stresse » (la tournure impersonnelle atténue notre responsabilité), que de dire « J’ai peur ». Mais le stress et la peur sont la même chose. A vrai dire le stress est la réponse biologique de notre organisme à la peur.

La raison principale de la peur : l’exclusion

Mais alors de quoi avez-vous peur ? Les réponses sont multiples. On a tendance à dire que notre plus grande peur en tant qu’humain, c’est le rejet ! Dans les sociétés anciennes, l’individu chassé du groupe était de fait condamné à la mort. Aujourd’hui on peut s’en sortir seul, en apparence, mais la problématique est la même. Une personne exclue du système peut perdre jusqu’à son propre sentiment de dignité personnelle.

Mais voilà le hic ! Le véritable danger n’est pas le rejet, c’est l’exclusion ! Et les gens préfèrent souvent s’exclure eux-mêmes que de connaître ce qu’ils perçoivent comme un rejet. Or, un « non » n’est un rejet que si vous le prenez comme tel. A l’inverse, vous devez prendre en compte que ne pas proposer ses produits et services revient à s’exclure de la vie économique et se condamner à l’échec.

Mais tout comme je vous le disais à propos du stress, finalement rien ou personne ne peut vous exclure, c’est vous qui choisissez de le faire en ne faisant pas ce que vous savez devoir faire. Et au fond c’est une bonne nouvelle. Si c’est vous qui le faites, vous pouvez le défaire. Alors respirez profondément, prenez votre téléphone, faites des rendez-vous, et offrez votre valeur au monde.

Les diverses formes de la peur

Attention ! La peur a plus d’un tour dans son sac. Elle pourrait bien essayer de vous convaincre que faire telle ou telle action est complètement inutile. Et oui, la peur issue de votre paradigme (notre image de nous-même et de ce qui est possible) peut littéralement prendre le contrôle de vos pensées pour vous convaincre que … que vous n’avez pas peur, que si vous ne faites pas le nécessaire, vous avez une bonne raison.

Ces raisons peuvent être : vous devez absolument aller grignoter quelque chose, votre série préférée va bientôt commencer ou encore que votre horoscope n’a annoncé aucune vente aujourd’hui donc autant rester couché(e) etc…

Identifier sa peur

Si vous avez décidé de ne pas vous laisser manipuler par la peur, apprenez à l’identifier, elle a plusieurs masques :

  • la peur du rejet
  • la peur du succès (peur de la déception qui en découlerait si ça devait ne pas durer)
  • la peur de l’échec (souvent liée à une image mentale négative fixe dans notre esprit)
  • la peur de ne pas être à la hauteur
  • Et enfin…la peur que le ciel vous tombe sur la tête !

La peur représente une forme d’anticipation d’une douleur. Certaines peurs sont donc utiles car elles vous permettent de vous préparer pour éviter un danger mais d’autres sont créées par des images obsolètes auxquelles vous vous accrochez, ainsi que par des fausses croyances. A vous de démêler le vrai du faux.

Et rassurez-vous il existe une potion magique contre la peur. L’action ! Go !

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page