CréerGestionLes qualités de l'entrepreneur

Quelles qualités mal gérées peuvent devenir un danger pour entreprendre ?

Quelle drôle d’idée de penser que les qualités mal gérées puissent devenir un obstacle dans la gestion d’une entreprise ! Lorsque l’on recrute un collaborateur, on recherche ses qualités qui vont servir au développement de l’entreprise et la bonne marche d’un service mais aussi il est nécessaire de cerner ses défauts afin qu’ils ne deviennent pas une entrave par exemple aux relations avec les équipes ou les clients. Et pourtant une qualité peut cacher un défaut s’il elle n’st pas utilisée à bon escient.

On le sait, pour créer son entreprise, il faut posséder certaines qualités essentielles. Mais poussées à l’excès, celles-ci peuvent très vite devenir des défauts et faire obstacle au dynamisme de l’entreprise si elles sont mal employées. Mais ces fameuses qualités qui peuvent desservir, quelles sont-elles ?

L’enthousiasme, à doses homéopathiques

C’est le véritable moteur sans lequel personne ne peut avancer. Mais en avoir trop, risque de générer d’autres envies qui viendront occulter le projet principal. Tout entrepreneur est à la base un grand rêveur. Il cherche à tout prix à faire aboutir ses idées. Un entrepreneur trop passionné risque cependant de se disperser. Il lui sera ensuite difficile de trouver les ressources nécessaires pour la mise en œuvre de son premier projet. Enthousiasme, oui, mais tout en restant concentré sur son objectif principal.

La capacité à être autonome

Être son propre patron, se sentir libre sont de grandes motivations chez la plupart des entrepreneurs. Cependant, l’excès de liberté peut vite s’avérer fatal si l’entrepreneur ne sait pas la circonscrire. Être autonome dans la prise de décision peut mener l’employeur à la solitude et à l’enfermement. De même, un travail librement organisé ne veut pas dire absence d’ordre et de structure. Le travail libre du dirigeant peut vite se transformer en incurie ou en obsession si une organisation saine et intelligente n’a pas été pensée.

La confiance en soi mais pas l’arrogance

C’est une évidence ! Comment inspirer la confiance aux autres si on n’a pas confiance en soi ? Sans elle, impossible de démarrer quoi que ce soit si on ne croit pas en avoir les capacités. Mais la vie d’entrepreneur est aussi faite d’échecs et de désillusions. Avoir trop de confiance en soi empêche la remise en question et la critique objective. Il faut savoir rebondir sur les mauvaises expériences avec une confiance identique en l’avenir.

L’ouverture d’esprit

Des qualités sociales sont indispensables pour tout entrepreneur s’il veut se constituer un carnet d’adresses et trouver des partenaires pour l’accompagner dans son projet. Aisance relationnelle, écoute, dynamisme, humour, courtoisie, sociabilité sont donc les maîtres-mots. Attention, toutefois, à ne pas se laisser abuser. Les conséquences d’une trop grande naïveté ne peuvent être anticipées. Sans une bonne dose de discernement, ces qualités sociales deviendront vite une source de déception.

L’optimisme avec mesure

Un esprit optimiste ne peut être efficace que s’il est utilisé à bon escient et avec parcimonie. Le but n’est pas de rêver, mais de rester cohérent avec la réalisation de ses espoirs. Être trop optimiste ne peut que causer des frustrations qui viendront affecter le mental des employés de l’entreprise si les choses ne se déroulent finalement pas comme prévu.

La capacité à déléguer

Il s’agit d’une qualité importante pour tout chef d’entreprise sans laquelle il ne peut pas se concentrer sur ses propres tâches. Il doit savoir à qui il délègue et pourquoi il délègue. Les personnes concernées sont supposées posséder toutes les compétences requises et l’expérience exigée. Le contrôle du résultat est une tâche nécessaire et utile pour améliorer les performances d’une entreprise. Mais à force de trop déléguer, le chef d’entreprise risque de perdre le contrôle. En effet, il y a des choses qu’il ne peut déléguer comme la politique et la culture d’entreprise ou encore l’évaluation du personnel, car elles sont inhérentes à sa fonction. Les déléguer remettrait en cause sa légitimité à gérer une équipe.

Bien se connaître soi-même, c’est aussi et surtout connaître ses qualités. Si certaines qualités sont mal gérées, elles peuvent devenir un véritable poison pour les entrepreneurs. En définitive, le secret réside dans la modération, dans la recherche d’un juste milieu et d’un ajustement en fonction des situations rencontrées au cours de sa vie professionnelle.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer