DévelopperLa protection de l’idée / marque / inventionLe site internet

Protection des données personnelles sur Internet : des Français qui peinent à avoir confiance

Que les internautes et consommateurs aient pris l’habitude d’acheter sur internet est devenu une évidence qui a été confortée par le confinement. Mais les Français sont préoccupés par les informations collectées sur les sites web et d’ailleurs la déferlante des usagers de WhatsApp vers Signal n’en est -elle pas une preuve flagrante de leur peur et de leur souhait de protéger leurs données personnelles. Focus sur le regard des Français sur la protection de leurs données.

La 5ème édition de l’Observatoire de la Tech Oracle en partenariat avec Odoxa révèle les sentiments des Français sur la question de la protection des données personnelles. L’enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de 970 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, et interrogé par Internet les 6 et 7 janvier 2021. 

Un sujet d’inquiétude majeur : 7 Français sur 10 regardent avec défiance les informations collectées par les sites web

Selon les résultats de l’enquête, 70% des Français se déclarent préoccupés par les informations qui peuvent être collectées par les sites web lorsqu’ils surfent sur Internet ou qu’ils effectuent des achats sur des sites de e-commerce.

Une inquiétude partagée par tous 

Ce niveau d’inquiétude élevé place la protection des données personnelles ne peut être sous-estimée car elle est une préoccupation transverse dans la population quelles que soient les catégories d’âge (18-24 ans : 66% / 65 ans et plus : 72%), de niveaux de revenus mensuels du foyer (<1500€ : 67% / 3500€ et plus : 67%) ou les zones de résidence des Français (communes rurales : 72%, agglomération parisienne : 75%).

Des données mal protégées, une évidence

71% des Français estiment que leurs données personnelles qu’ils communiquent sur Internet sont mal protégées, les intrusions dans les e-mails et les publicités qui s’installent quelques instants après une recherche en sont le témoignage. Ils ont l’impression d’être observés en permanence et ne sont pas dupes des conséquences qui pourraient en découler si une personne mal intentionnée voulait en profiter tant sur le plan politique qu’économique ou humain.

Le podium de la confiance ?

  • Les banques (70%), car elles ont mis en place des procédures pour rassurer les clients mais qu’ils devront poursuivre pour ne pas se trouver en difficultés par des hackers.
  • L’administration publique car les services comme le paiement et la déclaration en ligne de l’impôt, la demande de documents d’état-civil ou la gestion des relations avec l’Assurance maladie ont facilité la vie des français et avec le droit à l’erreur rassure les Français car les réponses de l’administration sont performantes.

Le podium de la méfiance ?

  • Les fournisseurs d’accès à Internet dans lesquels 48% des Français ont seulement confiance pour assurer la sécurité de leurs données.
  • Les sites de commerce en ligne seulement 45%. 
  • Les messageries en ligne type Gmail ou Yahoo mail seulement 45% des Français leur font confiance pour assurer la sécurité de leurs données.

La podium de la défiance ?

La défiance à l’égard d’acteurs pourtant centraux du web avec lesquels les relations semblent à reconstruire : 70% n’ont pas confiance dans les “GAFAM” (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) et 85% n’ont pas confiance dans les réseaux sociaux pour garantir la sécurité de leurs données personnelles. Une défiance qui contraste fortement avec le niveau très élevé de consultation de ces outils et services par les Français.

Selon Erwan Lestrohan, Directeur d’études souligne 

« Pour mieux contrôler l’utilisation de leurs données personnelles, les Français sont surtout prêts à effectuer des démarches simples, de court-terme…56% d’entre eux déclarent en effet qu’ils pourraient utiliser le mode “navigation privée” de leur navigateur web pour explorer le web sans qu’aucun cookie ne soit installé et 50% qu’ils pourraient exercer leur droit d’opposition, de rectification ou d’accès auprès d’un site, deux démarches accessibles directement au cours de la navigation en ligne. »

La Cnil et les associations, leurs interlocuteurs ?

Ils se déclarent peu enclins à d’exercer leur droit de déréférencement auprès de la CNIL (28%) comme le fait d’engager une démarche auprès d’une association de consommateurs.

Le RGDP encore peu crédible ?

Le RGPD est loin d’avoir acquis la confiance des Français car ¼ des Français déclarent en effet qu’ils ne connaissent pas le RGPD (26%) et seuls 1/3 (34%) estiment que cette nouvelle réglementation permet de mieux protéger les données personnelles des citoyens et des consommateurs.

Il en est de même pour les personnes en lien avec le RGPD : 54% d’entre elles jugent qu’il ne permet pas de mieux protéger les données personnelles..

Pour Karine Picard, Directrice Générale d’Oracle France et EMEA Business Development Applications : « Il est nécessaire d’accompagner les entreprises pour les aider à conjuguer recherche d’expériences positives et respect de la vie privée de leurs clients, et de construire, aux côtés des grands acteurs de la Tech, un écosystème numérique européen sécurisé, au sein duquel les données et les services peuvent être mis à disposition, collectés et partagés dans un environnement cloud de confiance favorisant l’innovation et la protection de la vie privée ».

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page