GérerGestion du temps et du stressManagement

Peut-on rompre la solitude du dirigeant ?

Créer son entreprise pour la mener sur la voie du succès
demeure le rêve de nombreux entrepreneurs. Le revers de la médaille reste tout
de même présent et bon nombre d’entre eux se disent touchés par la solitude qui
accompagne la vie d’un dirigeant. Responsabilités, limite du management, renfermement…
La question se pose alors : peut-on réellement rompre la solitude du
créateur d’entreprise ? Explications.

La solitude du
dirigeant : un fait avéré

Devenir dirigeant n’est pas chose aisée. Sortir du système
salarial demande, en plus d’une forte motivation et d’un projet de taille,
d’appréhender une vie qui n’est pas connue et comprise de tous. Dans les premiers
temps, les entrepreneurs ont tendance à se donner corps et âme à leur projet et
y passent l’ensemble de leurs journées, sans se rendre compte qu’ils négligent,
par la même occasion, leur vie sociale. De là, ils font émerger une solitude à
laquelle ils n’étaient pas forcément préparés. Ce sont plus de 45 % des
dirigeants qui affirment se sentir isolés et 11 % d’entre eux se déclarent très
isolés, selon une étude menée par Bpifrance. Un constat alarmant qui possède un
lien très fort avec les nombreux cas de burn out, qui touchent de plus en plus
ce métier. Une forme d’isolement qui affecte également leurs compétences professionnelles,
pour les conduire à mener difficilement leur projet.

Cet engrenage serait dû à plusieurs causes : d’une part,
la pression induite par l’activité économique (concurrence, marché,
réglementation…) et de l’autre, celle engendrée par les nombreuses
responsabilités et par la hiérarchie professionnelle, que l’on ne maîtrise pas
toujours. Occuper l’image du patron face à ses salariés ne représente pas la
tâche la plus évidente puisque vous devez préserver votre crédibilité auprès de
ces derniers, tout en instaurant certaines limites dans vos relations, contrairement
à de simples collègues. Si pour certains le principe ne pose aucun problème,
pour d’autres, la limite reste difficile à définir. On peut, par exemple,
plaisanter avec son salarié sans pour autant pouvoir se confier à lui sur des
problèmes concernant l’entreprise. Les proches, même s’ils peuvent représenter
un soutien de taille pour votre motivation, ne sont pas toujours aptes à
comprendre votre position. Cet ensemble d’éléments conduit de nombreux
dirigeants à se sentir seul et à ne plus apprécier le métier qu’ils ont
pourtant choisi et créé.

Cela n’est toutefois pas irrémédiable et la solitude du
dirigeant peut être brisée à travers divers moyens.

Les clubs
d’entrepreneurs, pour se réunir et échanger

Les clubs d’entrepreneurs représentent l’un des meilleurs
moyens pour lutter contre la solitude d’un dirigeant. Vous vous retrouvez aux côtés
d’autres créateurs d’entreprise, qui se trouvent dans une situation semblable à
la vôtre et qui sont, forcément, plus aptes à vous comprendre et à vous soutenir
dans cette expérience. Un outil également indispensable, professionnellement,
qui permet de développer son réseau et d’acquérir de potentiels partenaires.
Les expériences de chacun enrichiront considérablement la vôtre et vous
permettront d’élargir votre vision sur le long terme. Même si elles peuvent
être très utiles d’un point de vue professionnel, les soirées, petits-déjeuners
et cocktails restent avant tout un moyen de vous changer les idées et de tisser
des liens avec vos pairs. Évitez donc de constamment parler travail et profitez
de ces moments de détente.

La pratique d’un
sport collectif

La vie d’un entrepreneur demeure chargée et, bien souvent,
elle ne laisse pas assez de place aux activités extra-professionnelles. Il
demeure essentiel, pour tout dirigeant qui souhaite briser cette solitude, de dégager
une partie de son emploi du temps et de la consacrer à des activités qui lui
laisseront la possibilité de côtoyer du monde. Le sport collectif se place
comme l’un des meilleurs moyens de le faire. Ce dernier renforce, en premier lieu,
votre esprit d’équipe et votre envie de réussir ensemble, ce qui s’avèrent, au
final, bénéfique dans votre façon de manager. Vos coéquipiers deviennent peu à
peu des membres à part entière de votre entourage et vous partagez ensemble une
passion commune en créant des liens autour de cette dernière. Vos relations
sociales sont enrichies et vous décrochez, durant ces moments, de votre sphère
professionnelle : un excellent moyen de décompression !

S’engager dans une
association

Si les activités sportives ne suffisent pas, n’hésitez pas à
vous engager aux côtés d’associations, en tant que bénévole. Ces dernières
permettent de côtoyer des personnes avec qui vous partagerez un ensemble de
valeurs, malgré vos différences, et, forcément, d’élargir vos horizons. Votre
poste de dirigeant n’a plus sa place et vous redevenez un membre de la société
à part entière. Vos convictions sont partagées et vous soutenez à plusieurs une
même cause, sur un pied d’égalité, sans avoir besoin d’une quelconque
hiérarchie qui vous pèse sur le long terme au travail.

Se lancer à plusieurs
dans l’aventure

Le poste de dirigeant, occupé seul, peut effectivement nuire
à votre moral. N’hésitez pas à vous lancer aux côtés d’associés : «  Ayez
au moins un cofondateur. Entreprendre à deux, c’est bien,
mais quand il y a d’autres associés, c’est mieux. Il faut choisir des associés
qui sachent vous complimenter dans ce que vous faites de bien et qui puissent
vous soutenir. La création d’entreprise est une aventure qu’il est très
difficile de traverser tout seul. En tant qu’investisseur, je ne choisis que
des projets où il y a au moins deux fondateurs 
», explique Kevin Hartz
cofondateur d’Eventbrite et investisseur. S’associer permet, avant tout, une
meilleure répartition des tâches et des missions en fonction de chacun et d’évoluer
aux côtés de personnes qui partagent votre expérience et votre ressenti.
Ensemble, vous lutterez et vaincrez la solitude du dirigeant.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer