BusinessLa banque et les garanties

Quelles sont les nouvelles obligations de l’auto-entrepreneur ?

Connaître
des périodes de creux dans la trésorerie est normal. En dialoguant le plus en
amont possible avec votre banquier, vous pourrez trouver ensemble des solutions
pour résoudre ces difficultés de trésorerie temporaires.

La croissance de votre
start-up est au beau fixe et votre carnet de commandes est plein. Tout va
bien ! Sauf que, pour honorer tous vos contrats, vous allez devoir
embaucher de nouveaux salariés, acheter des machines supplémentaires, augmenter
vos achats de matières premières… Et tout ça sans avoir encore pu toucher
l’argent de ces contrats. Résultat : la situation de rêve dans laquelle
vous pensiez que se trouvait votre petite entreprise se transforme en véritable
cauchemar. Le gros trou qui s’annonce dans votre trésorerie pourrait bien
remettre en question l’avenir même de votre start-up. Il serait dommage de
devoir mettre la clé sous la porte à cause de ce pic de croissance ou d’être
obligé de refuser ces contrats qui pourraient bien faire décoller votre
business…

Le besoin de trésorerie : késako ?

Une entreprise se
retrouve en situation de besoin de trésorerie lorsque le solde de son compte
bancaire pro est négatif. C’est le cas lorsque le crédit dont elle dispose ne
suffit pas à payer les salariés, les fournisseurs ou les charges fiscales et
sociales. Cette situation se produit dans des cas très différents : lorsque
le chiffre d’affaires augmente rapidement et que la marge commerciale est
insuffisante, quand des clients paient leurs factures en retard, lorsque les
charges de l’entreprise sont trop importantes par rapport aux rentrées
d’argent, quand il est nécessaire de faire des investissements, lorsque
l’activité connaît une baisse temporaire ou, tout simplement, en cas d’activité
saisonnière. Dans tous les cas, avoir un besoin de trésorerie fait parti du
cycle de vie naturel d’une entreprise, notamment lorsque le chiffre d’affaires
se développe.

L’anticipation, le maître-mot d’une bonne
gestion !

Pour réussir à anticiper
au maximum les besoins de trésorerie, la clé est de mettre en place un suivi
régulier des rentrées et sorties d’argent attendues. Pour cela, pas besoin de
documents compliqués ou de logiciels spécifiques. Il suffit de créer un tableau
prévisionnel précis et actualisé sur l’année mettant en valeur les
encaissements et les décaissements en tenant compte des échéances de paiement
afin d’y voir plus clair en termes de besoin de financement. Un chef
d’entreprise qui sait exactement où il en est sera en mesure de réagir à temps.
Mieux vaut prévenir que guérir : cette expression convient parfaitement au
sujet du besoin de trésorerie. Pour gérer au mieux les éventuels creux dans sa
trésorerie, l’entrepreneur doit apprendre à anticiper au maximum les
difficultés pour en parler le plus en amont possible avec sa banque. Plus tôt
le futur besoin de trésorerie pourra être abordé avec le conseiller bancaire,
plus celui-ci pourra trouver des solutions adaptées pour passer ce cap en
douceur. Le chef d’entreprise doit au maximum éviter d’aborder cette difficulté
de trésorerie après que le découvert soit avéré, c’est-à-dire avant que les
chèques ne soient prélevés ou que le virement des salaires soit à faire dans la
journée. En anticipant, le dirigeant évite de mettre son banquier devant le
fait accompli, l’obligeant ainsi à réagir dans l’urgence.

Les différentes solutions bancaires

Le partenaire bancaire
dispose de plusieurs options pour aider l’entrepreneur à gérer un besoin
ponctuel de trésorerie sans être obligé de connaître une situation de
découvert. Les ventes peuvent être financées sous forme d’escompte d’effet de
commerce qui permet à l’entrepreneur de disposer de la somme de la créance sans
avoir besoin d’attendre que le client règle ses factures. Autres solutions, la
mise en place du rachat des factures par la banque (loi Dailly), ou encore
l’affacturage des créances clients. Cette dernière solution consiste à transférer
vos propres créances commerciales à un établissement spécialisé. Celui-ci
pourra alors vous transmettre le montant des factures dont vous attendez le
paiement et se charger de récupérer les créances auprès du client. En cas de
besoin de trésorerie, vous pouvez également faire le choix de mettre en place
une ligne de trésorerie temporaire ou permanente sous forme de crédit de
trésorerie, de découvert autorisé ou de ligne de caisse. Cette dernière est un
crédit de court terme qui permet un découvert temporaire sur un compte pro afin
de bénéficier d’une certaine souplesse pour gérer les dépenses immédiates et
les encaissements différés. Enfin, il est souvent possible d’anticiper les
besoins en trésorerie en renforçant les fonds propres et surtout en affectant
des financements adaptés aux investissements. Il est vivement recommandé de ne
jamais financer d’achat de matériel en puisant dans sa trésorerie en compte.
Pour effectuer des achats matériels (en cas d’augmentation des commandes par
exemple), il est davantage adapté d’avoir recours à un prêt d’équipement dédié
ou au financement locatif (crédit-bail, location financière…). Ces financements
moyens termes permettent de conserver de la trésorerie disponible pour les
moments de tension. Dans tous les cas, aborder les difficultés de trésorerie le
plus tôt possible et traiter la question clairement avec son conseiller
bancaire permet de ne pas avoir recours à des solutions plus coûteuses et plus
risquées (décisions dans l’urgence, incidents de paiement..). La règle est donc
l’anticipation et le dialogue : la confiance réciproque dans ce
partenariat banque-entreprise repose sur ces deux principes.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page