Entrepreneur

Interview de Marion Carrette, Cofondatrice de Zilok et OuiCar

Interview de Marion Carrette, cofondatrice des sites Internet de location entre particuliers Zilok et OuiCar.

Quel a été votre parcours jusqu’à la création de Zilok ?

En 2000, j’ai créé une première entreprise spécialisée dans la production de contenus pour les sites Web. Je l’ai revendue en 2004 à une grande agence de communication dont je suis devenue la numéro 2. Finalement, en 2007, j’en ai eu assez de passer mes journées à donner des conseils aux autres sur leurs sites Internet… et j’ai décidé de créer enfin mon propre site ! J’avais déjà eu l’idée de Zilok et je me suis donc lancée dans une seconde création.

Justement, comment vous est venue l’idée de Zilok ? à l’époque on ne parlait pas du tout d’économie collaborative….

En me rendant à un mariage près de Marseille, je me suis retrouvée bloquée à la gare sans trouver de voiture de location disponible. Beaucoup de voitures étaient alors garées sur le parking et je me suis dit que c’était idiot de ne pas pouvoir louer les voitures de particulier qui ne sont pas en train de les utiliser. De là m’est venue l’idée de créer une sorte d’eBay de la location, sur lequel on pourrait mettre en location toutes sortes d’objets qui dorment chez nous. Un de mes associés de l’époque était arrivé à la même conclusion que moi lorsqu’un dimanche il a voulu fixer un miroir au mur avant de s’apercevoir qu’il n’avait pas de perceuse.

Vous n’avez donc pas monté Zilok toute seule ?

Au départ, je me suis lancée seule dans l’aventure. Mais, après une première expérience de création d’entreprise où j’avais été seule aux commandes, je désirais trouver cette fois-ci des associés. Je suis alors tombée par hasard sur deux entrepreneurs, Thibaud Elzière, le cofondateur de Fotolia, et Gary Cigé qui venaient d’avoir la même idée de business que moi. Nous nous sommes dit qu’au lieu d’être concurrents, il valait mieux associer nos forces. Lorsque nous nous sommes rencontrés, le feeling est tout de suite très bien passé, et nous avions des profils très complémentaires, c’était parfait !

Ce type d’activité n’existait pas encore en France. N’avez-vous pas eu des difficultés à faire accepter votre site par les particuliers ?

Au départ, nous avons dû proposer sur le site nos propres objets à louer avant que le grand public commence à nous faire confiance ! Il n’existait aucun concept similaire dans le monde, sauf un petit site qui s’est lancé en même temps que nous en Nouvelle-Zélande. Je trouvais ça fou que personne n’ait encore pensé à faire ça ! Pour moi, l’idée de Zilok repose juste sur du bon sens : c’est idiot d’acheter une perceuse très chère si l’on sait que l’on ne va s’en servir qu’une fois dans l’année, alors que nos voisins peuvent nous en louer une ! Quelques mois seulement après le lancement de Zilok, il y a eu une grosse grève qui a paralysé Paris. Nous avons surfé sur cette actualité en communiquant sur un message simple : « Gagnez de l’argent pendant les grèves, louez votre vélo ». Le buzz créé par cette publicité nous a permis de nous lancer.

Votre idée est née d’un besoin de louer une voiture et pourtant vous n’avez lancé OuiCar, le Zilok de la voiture, qu’en 2012, pourquoi ?

Le premier obstacle auquel nous nous sommes confrontés a été la grande frilosité des assureurs auto qui ont mis plus de deux ans à nous suivre sur ce projet. Or, sans le cautionnement des assureurs, nous ne pouvions pas démarrer l’activité. Lorsque nous avons eu le feu vert, en 2009, nous avons songé à lancer un site parallèle à Zilok, dédié exclusivement à la voiture. Mais entretemps le site s’était bien fait connaître du grand public et il était plus raisonnable de commencer à proposer la location de véhicules sur Zilok. Puis des concurrents sont arrivés sur le marché de la location de voitures entre particuliers, faisant ainsi de l’ombre à l’activité véhicules de Zilok. Pour continuer à nous développer sur le secteur, nous avons fait le choix de lancer enfin OuiCar.

Vous étiez les premiers à lancer ce concept mais de nombreux concurrents sont arrivés sur le marché avec succès. N’était-ce pas frustrant ?

 C’est vrai que, si nous avons peu de concurrents sur Zilok, le marché s’est vite développé du côté de la location de véhicules. Pour nous protéger des concurrents potentiels, nous avions négocié une exclusivité de 8 mois auprès des assureurs. Mais cette barrière à l’entrée n’a pas suffi. Notre activité de location de voiture n’était pas assez visible sur le site généraliste Zilok et c’est pour cette raison que nous avons décidé de lancer OuiCar en 2012. Depuis le lancement il y a un an, nous avons multiplié par 10 notre activité voiture. Nous n’avons pas regretté ce choix !

Aujourd’hui, vous êtes seule à la tête de Zilok et OuiCar, pourquoi ?

Nous sentions que, pour développer les projets, nous devions être plus « focus » sur chacun d’entre eux. Entretemps nous avions développé d’autres sites comme Zijob (un site de jobbing) par exemple. Nous nous sommes donc partagés les sites que nous avions développés afin de les booster. Nous nous sommes quittés en très bon terme. Et nous continuons même à partir en vacances ensemble !

Vous avez réussi à convaincre Marc Simoncini (le fondateur de Meetic) de vous soutenir financièrement alors que le site n’en n’était qu’à ses débuts. Comment avez-vous fait ?

Alors la première fois que je suis allée le voir, je n’avais qu’un Powerpoint à lui montrer ! Je lui ai expliqué que le concept de Zilok était finalement assez proche de Meetic : dans les deux cas le but est de mettre en relation des personnes qui ont des choses à partager ! Une semaine plus tard, il m’a appelé pour me dire qu’il souhaitait investir dans Zilok. Je pense que Marc Simoncini a très tôt pressenti le potentiel de l’économie collaborative.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page