Start-Up

Ils ont inventé la première cigarette électronique intelligente

Entrepreneurs dans l’âme et passionnés d’innovation technologique, les six membres de la start-up Enovap veulent participer à la révolution de la santé connectée. Ils ont inventé la première e-cigarette accompagnant en temps réel les fumeurs dans leur arrêt du tabac. Portrait.

C’est l’histoire de six jeunes en quête d’entrepreneuriat et passionnés d’innovation technologique. Le fruit de cette rencontre a donné naissance à Enovap, une cigarette électronique d’un nouveau genre qui permet de réguler sa consommation de nicotine et de suivre ses progrès en temps réel sur une application smartphone. Le but ? Accompagner pas à pas les fumeurs dans leur démarche d’arrêt du tabac.

Du projet de fin d’étude au montage d’une start-up

L’architecte de cette invention se prénomme Alex Scheck, le PDG actuel d’Enovap. Élève à l’école d’ingénieur ECE Paris entre 2009 et 2014, l’idée lui est venue lorsqu’il devait choisir son projet de fin d’étude. Il explique : « Je m’intéressais aux objets connectés depuis un certain temps et voulais m’investir dans un projet qui puisse avoir un impact sur beaucoup de personnes. La cigarette électronique m’est apparue comme tel et je me suis rendu compte qu’il y avait peu d’innovation autour de ce produit. De plus, bien que celui-ci ait été conçu pour aider les gens à arrêter de fumer, je ne retrouvais plus cette visée dans les produits proposés sur ce marché. »

Un travail long et minutieux pour élaborer le prototype final

Soutenu par l’incubateur de son école ainsi que différents réseaux professionnels dédiés aux jeunes entrepreneurs, Alexandre Scheck travaille à l’élaboration d’un prototype final en collaboration avec cinq amis qui ont décidé de rejoindre l’aventure. Durant plusieurs mois, ils rencontrent plusieurs tabacologues afin d’élaborer une cigarette électronique « véritablement au service des fumeurs souhaitant arrêter le tabac », selon Alexandre Scheck. Un travail long et minutieux qui demande des compétences pointues en informatique appliqué à l’e-santé. Un autre défi à relever est la question des premiers financements. « Il fallait trouver au moins 200 000 euros pour développer le prototype final. La première moitié de cette somme a été constituée grâce à nos fonds personnels. L’autre partie a été réunie grâce aux aides de la Banque publique d’investissement (Bpifrance), le Réseau Entreprendre, la région Champagne-Ardenne et la fondation Norbert Ségard », confie le PDG d’Enovap.

Casser la mauvaise image de l’e-cigarette dans les médias

Mais il reste certains obstacles à surmonter, comme le confie Aymard De Ravignan, ancien élève de l’école d’entrepreneuriat Advancia et directeur commercial et marketing d’Enovap :
« Actuellement, la cigarette électronique est assez décriée par les médias et les industriels du tabac. De plus, quand on lance un produit en lien avec la santé des gens, il y a un certain nombre de normes à respecter, ce qui est tout à fait normal. Mais en fonction des gouvernements, les lois santé ont tendance à bouger et c’est parfois difficile de s’adapter. Par exemple, il est probable que la publicité en faveur de la cigarette électronique soit interdite en mai 2016. En termes de communication sur les vertus de notre produit, cela risque de nous poser un problème. »

Premières récompenses et cohésion de l’équipe

Malgré ces challenges, l’équipe reste soudée et déterminée à réussir le lancement de leur innovation. Car chez Enovap, tout le monde a compris que l’entrepreneuriat est une aventure où persévérance et détermination sont de mises. D’ailleurs, cet état d’esprit leur a déjà apporté des premières récompenses. Fin 2014, leur e-cigarette reçoit la médaille d’Or au concours Lépine et par la fondation Norbert Ségard dans la catégorie « Santé & Innovation ». En 2015, Enovap est lauréat du concours I-lab organisé par Bpifrance. Début 2016, l’équipe s’est envolée pour Boston afin de participer au Mass Challenge, plus grand accélérateur mondial de start-up.

Une campagne de crowdfunding réussie et signe d’un succès futur

La commercialisation de la vapoteuse Enovap est prévue pour début 2017. En collaboration avec un bureau d’étude indépendant et le studio de design Helium, spécialisé dans les objets connectés, l’équipe prépare rigoureusement ce lancement. A cet effet, une campagne de financement participatif a été lancée le 22 mars 2016 sur la plate-forme Wellfundr. Signe avant-coureur d’un futur succès, en sept jours à peine, l’objectif de collecte de 30 000 euros a été atteint. A ce jour, Enovap a récolté près de 42 000 euros et la campagne se termine mardi 26 avril 2016. Et Alexandre Scheck de conclure : « Ces premiers résultats prouvent la force de cohésion de notre équipe et notre capacité à nous remettre en question pour avancer. Je crois que ce sont deux clefs pour réussir dans l’entrepreneuriat. Surtout dans les technologies de l’e-santé, un secteur d’avenir en plein essor. »

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer