Start-Up

L’entrepreneur qui fait d’une pierre deux coups, Interview de Nicolas Venaut

Avec deux entreprises sous sa coupe, Nicolas Venaut possède une histoire
peu commune. Parcours. 

Après avoir fréquenté une école de commerce, Nicolas Venaut décroche un
master spécialisé dans l’entrepreneuriat. Tout de suite après ses études, il
s’engage à Wonderbox au poste d’adjoint responsable e-commerce. Peu de temps
après, il sort de l’entreprise et fonde sa propre société : VNC online.

Une première aventure entrepreneuriale

Elle existe depuis 5 ans, la structure a pour mission d’accompagner des
entreprises pour qu’elles se vendent sur les marketplaces (sites e-commerce
permettant d’intégrer son catalogue en ligne), tout en leur apportant la
stratégie à adopter pour la mise en avant, le développement des ventes, le
référencement, etc. Selon Nicolas, les personnes dédiées à l’e-commerce au sein
des services marketing des entreprises manquent en général de
spécialisation. « Avec VNC online, nous agissons tous les jours sur les
principaux leviers marketing types comparateurs de prix, affiliation, etc. »,
décrit-il. « Nous maîtrisons très bien ces méthodes et cela nous permet d’aller
plus vite, d’optimiser les résultats et surtout de les contrôler. Une personne
dans une grande entreprise n’a pas forcément ces outils et ne maîtrise pas
forcément les leviers à 100%. ». 

6 mois de test

Avant la création de son entreprise, le futur entrepreneur s’est appliqué à
tester son business model pendant une période de 6 mois. Les entretiens avec
les entreprises se succèdent, la prospection est son maître-mot pendant toute
cette période. Nicolas dit avoir passé beaucoup de temps à démarcher des
potentiels partenaires. Le fondateur déclare : « J’ai passé une
demi-année à la préparation. On a testé notre modèle grâce au bouche-à-oreille.
Il a fallu ajuster les différentes propositions et travailler avec nos futurs
clients qui n’étaient pas du tout prêts à se mettre sur ces leviers-là. En fin
de compte, les premières sociétés qui étaient partantes à l’époque sont celles
avec lesquelles nous travaillons toujours. Aujourd’hui, nous avons des clients
historiques avec lesquels on développe le business model de VNC online».

Un entrepreneur boulimique

Seulement voilà : Nicolas Venaut est un entrepreneur boulimique. Deux ans
après le lancement de VNC, il crée Cotecosy.com, un site d’ameublement, et
devient donc dirigeant-fondateur d’une seconde entreprise. « J’ai monté le site
coté cosy pour développer d’autres compétences et mettre en application
l’expérience que j’avais pu avoir dans ma précédente entreprise », explique le
fondateur. « Quand j’ai considéré que je maîtrisais ces
différentes expertises, je les ai mises en application au sein de mon
agence-conseil en stratégie pour développer de nouveaux leviers ».

Peu de financement… et la réussite au bout !

Nicolas Venaut affiche donc une belle réussite entrepreneuriale. D’autant
que le capital investi par ce créateur dans la création de VNC Online était
seulement de 5000 euros… Bénéficiant de l’ACCRE (Aide aux Chômeurs Créateurs ou
Repreneurs d’Entreprises) du pôle emploi, Nicolas profite d’un an et demi de
salaire mensuel. « L’activité était rentable mais la rémunération de l’ACCRE me
permettais d’avoir une garantie pendant un certain temps. Le site e-commerce
que j’ai monté par la suite a été financé par VNC online. A ce jour j’ai monté
2 business rentables avec seulement 5000 euros et j’en suis fier », conclut-il.

Trois questions à …
Nicolas Venaut 

Quelle est la chose indispensable pour un entrepreneur ?

On a beau avoir un bon service, si on n’est pas mis en relation avec la
bonne personne, la prospection en direct est très compliquée. C’est par les
échanges et les relations qu’on obtient des rendez-vous concluants. Comme
disait Winston Churchill, un pessimiste voit la difficulté dans chaque
opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté.

Comment gérez-vous le fait de diriger deux entreprises simultanément ?

Au début, ce n’était pas évident. J’ai beaucoup développé VNC online pour
ensuite la mettre de côté le temps de développer mon autre projet, côté cosy.
Je me suis rendu compte que c’est compliqué de jouer sur 2 tableaux, surtout
dans une période d’instabilité et de nécessité du développement commercial. Il
faut absolument se mettre à 100% sur une mission. On ne peut pas être à 50% sur
2 postes clés. Je n’ai pas nommé quelqu’un en tant que gérant donc je suis à
100% sur les 2 structures. L’essentiel, c’est de développer vraiment ou bien de
s’entourer pour aider au développement, mais surtout ne pas laisser vivoter
l’entreprise sur la base de l’existant ! 

Quel conseil donneriez-vous à vos camarades entrepreneurs ? 

L’échec est une grosse expérience qui doit nous permettre de rebondir. On
peut se retrouver dans des situations qui sont plus ou moins favorables,
certaines retombées négatives peuvent être considérées comme un échec, mais
l’important reste de chercher à comprendre la cause de cette situation.
Globalement, nous évoluons dans un environnement économique instable qu’il faut
selon moi maîtriser un minimum. Il faut avoir à chaque fois une visibilité à
plus ou moins long terme. Ce n’est pas la peine de fermer son entreprise ! On
peut toujours apprendre et avec l’échange, réajuster son business model.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page