Actualité

E-commerce rime-t-il toujours avec rentabilité ?

L’institut CCM
Benchmark a fait appel à
l’organisation Webloyalty  afin d’étudier le secteur de
l’e-commerce.

Ces dernières années, l’e-commerce était considéré comme un
secteur propice et de nombreuses entreprises s’y sont installées afin de
générer plus de profits. Cependant, la baisse de la consommation des ménages et
la situation difficile du marché économique actuel ont eu raison de l’activité
de l’e-commerce. En effet, le chiffre d’affaires de ce dernier a connu un
important recul en 2012.

Des inégalités au sein du marché

Ce ralentissement a épargné certaines structures, notamment
celles en développement. Elles étaient 64% à voir l’augmentation de leur
chiffre d’affaires.

Pour les grandes entreprises présentes dans les secteurs
concurrentiels comme le high-tech et le tourisme, la tendance est plutôt
inverse. Alors que 35% des distributeurs présents sur le net ont vu une
croissance de leurs bénéfices, 25% ont constaté un recul de leur rentabilité.
Résultat de cette situation : la montée des coûts d’acquisition d’un client.

Solutions

Pour faire face, de plus en plus de structures cherchent
d’autres moyens pour rentabiliser leur présence sur internet. Par exemple,
vendre des espaces publicitaires sur le site internet (plus l’audience est
importante, plus les prix sont élevés), conclure des partenariats, ou même
louer des fichiers de données clients. Ainsi, 63% des sites marchands virtuels
avouent utiliser au moins une de ces pratiques, pendant que 34% combinent
plusieurs de ces moyens de financement.

A ce propos, « le pari de la diversification s’avère payant,
68% des sites monétisant leur audience ont amélioré leur rentabilité, contre
60% chez ceux qui n’ont pas recours à la diversification. Ces revenus de
diversification représentent pour plus d’un site d’e-commerce sur cinq
concernés la majeure partie de leur marge d’exploitation. Cela illustre aussi
en creux leur faible niveau de marge sur l’activité principale de distribution.
», a déclaré Stéphane Loire, directeur des études chez CCM Benchmark.

En France, 57% des sites marchands virtuels atteignent un
chiffre d’affaires supérieur à 10 millions d’euros et 26 % d’entre eux
réalisent un résultat qui se situe entre 1 et 10 millions d’euros.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page