ConseilsDéveloppement personnelLes qualités de l'entrepreneurPersonnel

Comment adopter une posture de dialogue et développer une écoute attentive

Il existe un réel décalage entre notre rapidité de réflexion et ce que nous entendons. Le cerveau peut gérer jusqu’à 800 mots par minute alors que nous ne pouvons en entendre que 120. Que fait en attendant notre cerveau ? Il s’occupe ! Il réfléchit, il pense à autre chose, il rêve…

Pour instaurer un dialogue, il va falloir sortir de nos préjugés, de nos émotions, de nos jugements et accorder une réelle attention à l’autre et écouter le message qu’il souhaite nous transmettre ! En deux mots, l’écouter !!!

Développer l’écoute attentive

Il faudra pour y arriver développer une écoute attentive afin d’être complétement disponible à toutes les informations y compris celles qui sont éloignées et même opposées de nos propres conceptions.
Pour cela, il reste conseillé d’écouter sans intervenir sauf pour obtenir une précision, un éclaircissement en se servant du vocabulaire de l’interlocuteur afin de ne pas l’induire en erreur. L’exercice consiste donc à résister à l’envie d’intervenir avec ses idées pour éviter d’influencer l’interlocuteur. Il s’agit avant tout de bien comprendre ses propos. Autre effort : oublier provisoirement ce que l’on pense soi-même du sujet, de la situation et éviter de porter des jugements sans avoir compris l’ensemble du raisonnement de l’interlocuteur.
D’autres conseils peuvent également être pris en compte comme celui d’essayer d’éviter d’interpréter, les erreurs et les malentendus. Bien entendu, cela induit d’inciter vos interlocuteurs à s’exprimer même si vous n’avez pas envie de les écouter. Enfin et dans l’idéal, vous pouvez compléter votre écoute en créant un climat de confiance pour mettre à l’aise votre interlocuteur et tenter de déchiffrer les messages non verbaux (regard, attitude…) 

Dynamique-mag.com

Les étapes d’une bonne écoute

Concentrez-vous sur l’instant présent

Avant d’aborder un entretien, évacuez au maximum vos préoccupations personnelles ou professionnelles afin d’être concentré. C’est certes on pourrait dire mission impossible mais maîtrisez vos pensées et vos émotions. Vous devez vous concentrer sur les paroles de votre interlocuteur. Le plus important, c’est l’instant présent et la personne présente.

Supprimez toutes distractions

Mettez-vous en position d’écoute ! Supprimez tout ce qui pourrait vous distraire comme votre téléphone portable et éteignez l’ordinateur qui détruisent l’écoute par leurs sollicitations continuelles. Fermez la porte, pour montrer que vous êtes occupé et éloignez les importuns.

Regardez votre interlocuteur

Regardez votre interlocuteur dans les yeux (sans trop d’insistance non plus) et concentrez-vous sur ce qu’il énonce. Il s’agit d’être concentré au maximum sur la personne et surtout ne pas vous déconcentrer. Mettez-vous à la portée de votre interlocuteur pour saisir l’essentiel de son discours. Vous pouvez hocher la tête pour marquer votre accord avec ce que la personne dit ce qui vous permet de vous détacher du regard et en même temps vous permet d’établir un lien convivial. N’hésitez pas à acquiescer de temps en temps par un mot comme « je comprends » et adoptez ainsi une posture d’écoute dynamique.

Pratiquez une double écoute

90 % de messages passent par le non verbal (intonations, gestes, postures expressions du visage et il est important de les analyser au-delà des mots qui sont prononcés. Cette double écoute vous permet de saisir l’intégralité du message y compris les sentiments et les émotions qui traversent l’esprit de votre interlocuteur. Pour bien écouter, il faut savoir observer.

Écouter c’est d’abord apprendre

Détachez-vous de toute arrogance. Si vous passez plus de temps à écouter avec attention, vous allez apprendre. Vous avez peut-être l’idée préconçue que vous savez déjà ce que va vous dire votre interlocuteur et bien vous serez étonné de découvrir que vous n’aviez pas envisagé un aspect et même qu’une parole vous ouvrira de nouveaux horizons.

Faites preuve de bienveillance

Écoutez une personne, c’est également se mettre à sa place pour comprendre son point de vue. Si vous n’êtes pas obligé d’être d’accord avec la personne, vous devez comprendre les raisons qui l’amènent à penser ou à agir. Il s’agit de vous projeter à sa place et de comprendre les émotions qui traversent votre interlocuteur. Écartez tout jugement !

Reformulez pour mieux mémoriser

Pour vous entraîner à être attentif, essayez de mémoriser l’ensemble de la conversation et de la noter une fois que la personne est partie. Plus vous aurez été attentif, plus votre mémoire vous permettra de restituer le dialogue. Vous pouvez vous refaire le fil de la conversation. Se répéter les mots importants ou les noter si vous le pouvez peut se révéler utile. Vous pouvez également penser à reformuler à la fin de votre échange afin de vérifier que vous avez bien compris ce que la personne a exprimé et obtenir son approbation et lui laisser le sentiment d’avoir été bien compris.

Écoutez pour recevoir les idées, les souffrances, les émotions

De nombreuses personnes parlent, non pas pour obtenir votre avis ou vous demander de régler leurs problèmes mais pour vous communiquer une information qui leur tient à cœur. Ils souhaitent partager avec vous leur vécu, leurs souffrances. Il s’agit parfois simplement d’écouter la personne. Ne cherchez pas dans votre cerveau ce que vous pouvez dire ou répondre et concentrez-vous seulement sur ses paroles.

Incitez la personne à s’exprimer

Si vous souhaitez développer votre capacité d’écoute, attendez que la personne ait fini sa phrase en laissant un blanc. Si la personne souhaite poursuivre, elle continuera de parler. Les blancs incitent même les interlocuteurs à continuer, une technique journalistique bien connue. Vous pouvez également répéter le dernier mot que la personne a employé en prenant un ton interrogateur. Vous pouvez aussi utiliser des mots comme « Vraiment ? » qui vous permettront de l’aider à continuer.

Supprimez les digressions et vos monologues

Lorsqu’un sujet ne nous intéresse pas, nous avons tendance à partir dans une autre conversation et à imposer nos réflexions laissant l’interlocuteur désappointé. S’il ne revêt pas d’importance pour vous, il peut l’être pour votre interlocuteur. Cessez de changer de conversation et tentez d’approfondir le sujet avec la personne au maximum. Revenez sur le sujet initial si vous êtes parti dans une autre conversation. 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page