Ces entrepreneurs qui n'ont pas le bac

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     23/06/14    
Ces entrepreneurs qui n ont pas le bac

Découvrez quelques grands entrepreneurs et dirigeants qui ont réussi sans le bac ou sans suivre d’études supérieures. De quoi désacraliser cette fameuse ligne du CV, si chère à notre pays, et démontrer que tout ne s’apprend pas dans les livres.

Alors que nous sommes en pleine période des examens du Bac, et que vous, parents, haranguez votre progéniture à quitter un match de Roland Garros ou de la Coupe du Monde pour réviser ses fiches bristol, revenons sur les grandes réussites qui ont boycotté la célèbre épreuve ou autres diplômes. Surnommés « autodidactes », un adjectif aussi obscur que connoté, ou « Serial entrepreneurs », ces dirigeants ont deux points en communs : l’ambition et le goût de challenge. Focus sur ces « mauvais exemples » à suivre ou à ne pas suivre…

Gérard Mulliez –fondateur du groupe Auchan

Fortune : 19 milliards d’euros en 2013, 3ème fortune française
Portrait : Gérard Mulliez rate son bac puis, pressé par son père, rentre à l’usine Phildar à 18 ans. En travaillant sur des machines, il perd une partie de sa main droite. L’autre lui permet, à 30 ans, d’ouvrir le 1er magasin Auchan en juillet 1961. Il développe progressivement le Groupe Auchan, qui emploie aujourd’hui 269 000 employés dans le monde.

Martin Bouygues – fondateur de Bouygues Telecom

Fortune : 1650 millions d’euros en 2013, 33ème fortune française.
Portrait : Contrairement à ce que peuvent dire certaines mauvaises langues, il est très loin d’être un « fils à papa ». Il s’arrête net après le baccalauréat, et entre à 22 ans dans le Groupe Bouygues en tant que conducteur de travaux. 15 ans plus tard il est nommé PDG, et devient l’un des plus jeunes patrons du CAC40. Le groupe qu’il dirige aujourd’hui est 4 fois plus important que celui de son père. Cet homme discret

Jean-Claude Decaux –fondateur de JC Decaux

Fortune : 3170 millions d’euros en 2013, 14ème fortune française
Portrait : Fondateur du groupe industriel JC Decaux, leader mondial du mobilier urbain, de la publicité aéroportuaire et du vélo en libre service, Jean-Claude Decaux a commencé jeune. A 18 ans, sans bac en poche, il lance sa première société d’affichage, un projet qui échoue et le pousse vers le mobilier urbain. Son groupe est aujourd’hui dans 54 pays, et emploie 8900 collaborateurs.

François Pinault –fondateur de Kering (Pinault-Printemps-La Redoute)

Fortune : 11 000 millions d’euros en 2013, 6ème fortune française
Portrait : François Pinault quitte l’école deux ans avant le bac. A 26 ans, il rachète la scierie de son beau-père, et crée en 1963 le groupe de distribution Pinault. Dans les années 90, il rachète Conforama, Le Printemps, la Redoute et la Fnac ; avant de se lancer dans le luxe en remportant notamment Gucci. Le groupe est aujourd’hui l’un des leaders mondiaux de l’habillement, et l’homme, parmis les 100 plus riches mondiaux.

Jean-Claude Bourrelier –fondateur de Bricorama

Fortune : 195 millions d’euros en 2013, 256ème fortune française
Portrait : Jean-Claude Bourrelier commence à travailler peu avant ses 14 ans. Il devient apprenti boulanger, puis apprenti charcutier avant de s’installer à Paris où il enchaîne les petits boulots. Il décide de se mettre à son compte car son patron ne le laisse pas progresser dans l’entreprise. A 29 ans, il fonde son 1er magasin de bricolage. L’affaire devient Bricorama, qui compte actuellement 222 magasins dans toute l’Europe. Consacré par les Victoires des Autodidactes.

Serge Papin –PDG du groupe Système U (magasins U, Super U, etc.)

Portrait : Serge Papin passe une partie de son adolescence comme pensionnaire chez des prêtres, puis s’essaye à la comptabilité. Un simple BEP Commerce en poche, il intègre la centrale Unico de l’Ouest (ancêtre du Super U), et crée ensuite le service communication de Système U Ouest. Il rachète le magazin Super U de Chantonnay, et pas à pas, se hisse jusqu’à la direction générale du groupe, qui enregistre 17,8 milliards de chiffre d’affaires en 2012.

Patrick et Gérard Pariente –cofondateurs de Naf Naf

Portrait : Patrick et Gérard Pariente, pieds-noirs, ouvraient en 1973 l’ouverture de la 1ère boutique « Influence » à Paris. 9 ans plus tard, ils fêtaient l’ouverture de la centième boutique Naf-Naf, avenue des Ternes. Comme Jean-Claude Bourrelier, les deux frères ont été récompensés par les Victoires des Autodidactes, d’après eux le « seul diplôme que nous ayons été capables de lui rapporter [à notre mère] ».

Yves Rocher -fondateur du groupe Yves Rocher

Portrait : Yves Rocher commence à travailler dès 14 ans, à la mort de son père, pour aider sa mère. Au même âge, il fabrique artisanalement dans son grenier une pommade qu’il cherche à vendre directement aux utilisateurs. En 1959, il fonde la célèbre entreprise de produits cosmétiques, qui a aujourd’hui un capital de près de 2 milliards d’euros, et qui emploie 15 000 personnes.

Les 5 derniers lauréats des Victoires des Autodidactes :

2013 : Gérard Dorey, Président de Carrefour Proximité
2012 : Michel Garcia, Président d’Everial
2011 : Lucien Georgelin, Président de « Lucien Georgelin SAS »
2010 : Max Massa, Président du Groupe ONET
2009 : Pierre Groll, Président de FAM Automobiles

Malgré ces beaux parcours, deux questions sont encore à poser :
Aujourd’hui, peut on encore réussir sans le bac ? Mais surtout, est-ce que la création d’entreprise est LA solution pour ceux qui se détournent des études ?