InnovationManagement

Le homeshoring : un concept innovant qui peine à s’installer en France

Tout
droit venu des Etats-Unis, le homeshoring est un nouveau mode de fonctionnement
des entreprises qui a fait son boom il y a une quinzaine d’années avec l’essor
des nouvelles technologies et d’internet. Si le modèle a rencontré le succès
Outre-Atlantique et occupe environ 250 000 personnes, il s’installe
timidement en France et peine à se développer. Qu’est-ce que le
homoshoring ? Ses Avantages ? Ses limites ? Explications.

Définition

Le homeshoring est une méthode innovante
d’organisation du travail des entreprises, qui vise à externaliser certaines
missions à des sociétés s’appuyant sur un réseau de télé-travailleurs à
domicile, pour la majorité indépendants, sous statut auto-entrepreneur.

Cette
solution est particulièrement adaptée pour certaines activités, comme celles de
la presse, des assurances, ou plus généralement des centres d’appels classiques
qui à contrario emploient elles des télé-conseillers sur place pour la prise de
rendez-vous, commandes, opérations de maintenance…

Avantages

Même
si le concept peut s’apparenter au fonctionnement du télé-travail ou aux
activités de centres d’appels, le homeshoring ne s’en distingue pas moins par
de précieux avantages, qui ont déjà séduit 10% des plus grosses entreprises
américaines.

Cette
méthode est essentiellement utilisée dans une logique de réduction des coûts fixes
de l’entreprise. En effet, elle permet d’amoindrir considérablement les charges
de personnel puisque les télé-travailleurs ne sont pas salariés, les frais
d’équipement car ils disposent chacun de leur matériel propre, et les
immobilisations puisqu’ils travaillent depuis leur domicile ; ces notions
revêtant toute leur importance à l’heure où les loyers sont de plus en plus
élevés dans les grandes villes et où les entreprises sont fragilisées sous la
pression des charges sociales.

De
plus, le homeshoring permet d’éviter les délocalisations, et a le mérite
d’attirer des personnes plus qualifiées, expérimentées et motivées qu’en centres
d’appels classiques, la prise de risques n’étant pas la même puisque dans le
cas présent les agents sont leur propre patron.

Ainsi,
l’entreprise qui décide de faire appel à une société de homeshoring réduit ses
coûts tout en bénéficiant de prestations à haute valeur ajoutée.

Limites

Néanmoins,
comme tout modèle économique, le homeshoring rencontre certaines limites.

En
effet, même si les télé-travailleurs interviennent en sous-traitance, il n’est
reste pas moins qu’ils doivent être formés aux différents clients, tâches et
outils de travail, et doivent être suivi dans la réalisation de leurs missions.

Pour
pallier à ce frein, la société de homeshoring doit avoir mis en place tout un
processus clairement défini où l’informatique joue un rôle prépondérant,
puisque outre le téléphone, internet est la source de communication dédiée
entre la société et le travailleur, ces derniers ne se rencontrant jamais
physiquement.

Pourquoi la France est-elle à la
traîne ?

Alors
que le homeshoring est confortablement installé aux Etats-Unis et se développe
partout en Europe, le modèle peine à s’installer en France.

Aujourd’hui,
seulement une petite poignée d’intervenants s’est lancée sur ce marché, dont
Eodom pour le plus connu, qui s’appuie sur un réseau d’environ 400 agents.
Aussi, la première difficulté pour ces sociétés semble être celle de pouvoir
perdurer, beaucoup ayant disparu rapidement.

Si
le homeshoring n’a pas rencontré le même essor en France que dans les pays
voisins, la principale cause pourrait se situer au niveau des mentalités. Tout
comme pour le télé-travail, l’entreprise française hésite toujours et n’est pas
encore prête à ne plus avoir l’œil attentif posé sur ses équipes. Pour elle, la
méthode n’est pas encore assez sécuritaire sur le long terme. Néanmoins, le
homeshoring présente un réel atout en matière de compétitivité. La méthode prendra
donc plus de temps pour se développer en France, le temps que les patrons osent
franchir le cap.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page