CréationCréerLes qualités de l'entrepreneur

L’entrepreneuriat est-il un sport de haut niveau ?

À la recherche de la perfection et du dépassement de soi, le sportif de
haut niveau n’a qu’un seul objectif : être le meilleur, et une fois à cette
place, y rester. Il est capable d’une abnégation absolue pour parvenir à son
but. À la recherche de stabilité, de rentabilité, d’indicateurs de performance,
le chef d’entreprise y va également de son sacrifice personnel. Il n’a qu’un
seul objectif : réussir. Peut-on dire que l’entrepreneuriat demande un rythme
de sportif de haut niveau ?

Des similitudes
incontestables

Avant toute chose, leur métier à tous les deux est avant tout une passion.Tout comme le sportif, l’entrepreneur fait preuve de courage, de persévérance,
de sacrifices. L’un comme l’autre consacrent beaucoup de temps à leur activité,
parfois en dépit de leur vie sociale et familiale. Il n’est pas rare d’entendre
dire que l’entrepreneur ne s’octroie pas de vrais week-ends ni de vraies
vacances, tout comme le sportif de haut niveau qui s’entraîne à toute heure et
n’importe quel jour.

Leurs activités riment avec rigueur et discipline : le sportif s’entraîne
avec son coach pour améliorer ses points faibles, l’entrepreneur apprend de ses
erreurs et des difficultés qu’il rencontre. La détermination est le maître-mot
de ces deux fortes personnalités : les obstacles sont perçus comme des tremplins
sur lesquels ils rebondissent et non un gouffre dans lequel ils s’enfoncent.
Pour l’un comme pour l’autre, l’échec n’est pas pensable, ils se relèvent
toujours de leurs défaites même après de vrais coups durs.

Le pessimisme n’a pas sa place chez ces deux fortes personnalités,
l’optimisme est primordial voire capital : pour être le meilleur, il ne faut
pas douter et pour ne pas douter, il ne faut voir que les bons côtés. L’entrepreneuriat, tout comme le sport de haut niveau, est un réel combat de
tous les jours : le chef d’entreprise doit faire vivre et pérenniser son
activité tandis que l’athlète doit jour après jour améliorer ses performances
pour être le meilleur, quel que soit son âge.

Entrepreneurs comme sportifs de haut niveau ressentent souvent le sentiment
de solitude, car ils sont dans une sorte de cloisonnement qe leur imposent
leur rythme de vie et la charge de travail. Etre le meilleur suppose souvent
d’être seul.
Cette solitude est le prix à payer quand on fonctionne à l’adrénaline. Dans les
deux cas de figure, ce qui les motive, c’est le goût du challenge et la volonté
d’aller au-delà de ses propres limites. Le stress est monnaie courante pour ces deux challengers qui aiment se mettre
en danger, que ce soit à travers un nouveau projet ou une compétition.

En quoi se
différencient-ils nettement ?

Même s’il pratique un sport collectif, le sportif de haut niveau travaille
pour lui-même. Il recherche sa performance, son épanouissement personnel. Le
chef d’entreprise doit voir plus loin que cela. Il est responsable du maintien
de l’emploi de ses salariés et de la bonne santé de ses partenaires techniques
et financiers.

Par ailleurs tout sportif dispose d’un entraîneur en qui il a confiance. Ce
coach le motive, le pousse dans ses derniers retranchements, l’aide à surmonter
des désillusions et des défaites amères. Il le conseille, lui fait part de son
expérience. Le chef d’entreprise est seul la plupart du temps. Certes, il peut
avoir à ses côtés des responsables qui lui procurent des conseils avisés et proposent
des orientations stratégiques, mais cela s’arrête là. Pas de garde-fou. Pas de
mentor qui peut lui faire profiter de son savoir pour déjouer les pièges tendus
sur la route de la réussite.

Enfin, la renommée est un facteur de différence. Le sportif est sous les
feux des projecteurs. Il est porté en triomphe, parfois adulé par des
générations entières. La gloire du chef d’entreprise est de plus grande durée,
mais elle éclate rarement au grand jour et ses relations en sont peut-être plus
authentiques.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page