L’automatisation des entrepôts, la nouvelle donne

L'équipe Dynamique Entrepreneuriale     27/06/19    
automatisation entrepots nouvelle donne

87 % des entreprises prévoient d’étendre la superficie de leurs entrepôts au cours des cinq prochaines années. 6 entreprises sur 10 planifient l’automatisation de leurs entrepôts pour augmenter la main d’œuvre d’ici à 2024.Pour l’étude « 2024 Warehousing Vision Study », Qualtrics pour le compte de Zebra Technologies Corporation (NASDAQ : ZBRA) a interrogé 1 403 décideurs informatiques et opérationnels, opérant sur les marchés de la fabrication, du transport et de la logistique, de la vente au détail, de la livraison de colis et de la distribution en gros.

L’étude au sein des régions Amérique du Nord, Amérique Latine, Asie-Pacifique et Europe  se penche sur les stratégies actuelles et à venir des décideurs informatiques et opérationnels concernant la modernisation de leurs entrepôts, de leurs centres de distribution et de leurs centres de traitement.

Lorsque l’on pense à l’automatisation on pense immédiatement au remplacement de l’homme par la machine, mais l’idée des décideurs serait au contraire de mettre au centre l’humain et de développer leurs compétences.

Développer la performance des employés, tel est l’objectif

D’ici à 2024, l’automatisation sera de développer la performance des employés plutôt que de les remplacer car 61% des décideurs prévoient d’automatiser partiellement leurs entrepôts ou de disposer d’une augmentation du travail grâce à la technologie. Loin de leur stratégie de remplacer l’humain car leur conviction est que l’humain contribue à l’équilibre optimal des opérations. D’ailleurs 39 % d’entre eux déclarent privilégier l’automatisation partielle (avec intervention humaine) et 34 % la main d’œuvre augmentée (équipement des employés avec des terminaux). D’ici à 2024, les décideurs planifient d’utiliser la robotique/les bots dans le cadre de la gestion des stocks entrants (24 %), du conditionnement des stocks sortants (22 %) et de l’entrée/la réception des marchandises (20 %). L’automatisation demande aux décideurs d’anticiper cette évolution pour ne pas se trouver en face d’une crise majeure. Entre le fait de dire et de réaliser existe un gap qui doit faire l’objet des préoccupations du choix de l’automatisation.

Automatiser les entrepôts, un impératif

(77 %) des personnes interrogées pensent que pour que la technologie soit au service d’une main d’œuvre augmentée, il est indispensable d’automatiser les entrepôts. Toutefois, seuls 35 % d’entre eux connaissent ce qu’ils devraient réellement effectuer pour la mettre en place. 87 % des décideurs ont engagé – ou envisagent d’engager – l’extension de la superficie de leurs entrepôts d’ici à 2024, et 82 % prévoient une hausse du nombre d’entrepôts.

Selon Mark Wheeler, directeur des solutions chaîne logistique chez Zebra Technologies. « D’ici à 2024, les dirigeants se concentreront davantage sur l’intégration de solutions plus globales, capables de créer des environnements alimentés par les données alliant, de façon équilibrée, main d’œuvre et automatisation au sein des entrepôts. Cela permettra au personnel de première ligne de disposer d’un avantage en termes de performance et de montrer le chemin à suivre. »

Un défi, augmenter la superficie 

59 % des personnes interrogées ont indiqué que l’augmentation des superficies constituait un réel défi. 60 % des entreprises ont cité le recrutement et/ou la productivité et l’efficacité du personnel parmi leurs principaux enjeux.

L’utilisation de l’informatique et de la technologie est ressentie à la fois comme le défi opérationnel le plus attendu (61 %) des cinq prochaines années et comme un résultat souhaité à long terme pour une meilleure visibilité sur les actifs, des conseils en temps réel et un rendement axé sur les données.

Investir dans les nouvelles technologies

Avant tout il faut moderniser !

Plus des trois quarts (77 %) des décideurs s’accordent sur le fait qu’ils ont besoin de moderniser leurs opérations d’entrepôt pour rester compétitifs sur le marché de l’économie à la demande, mais reconnaissent qu’ils tardent à mettre en œuvre les nouvelles technologies et les nouveaux dispositifs mobiles. Pourtant 73 % des entreprises procèdent actuellement à la modernisation de leurs entrepôts en installant ou en renouvelant leurs terminaux mobiles, tablettes et lecteurs de codes-barres.

D’ici à 2024, la modernisation sera portée par des solutions de mobilité basées sur Android (83 %), des systèmes de localisation en temps réel ou RTLS (55 %) et des systèmes de gestion d’entrepôt (WMS) complets (54 %). 60 % des sondés ont cité les imprimantes thermiques ou à code-barres mobiles comme étant l’un de leurs principaux domaines d’investissement dans le cadre de leurs plans destinés à accroître, élargir ou moderniser leurs équipements au cours des trois prochaines années. 

En Europe, l’augmentation des superficies d’entrepôts, un enjeu

La superficie moyenne des entrepôts devrait augmenter de 26 % au cours des cinq prochaines années.

D’ici à 2024, les entreprises devraient davantage recourir aux technologies RFID et de localisation pour leurs opérations relatives aux marchandises sortantes ; plus d’une sur cinq prévoit d’utiliser ces technologies dans le cadre de ses opérations de conditionnement (25 %), de gestion des stocks (20 %) et de prélèvement (19 %).

Donnez une note à cet article