DévelopperDigitalLes autres méthodes

Votre projet de business en mobilité, iOS ou Android ?

Vous avez l’intention de développer une application pour les terminaux mobiles. La question se pose: la faire tourner sous Android? Sous iOS Apple? Voire les deux? Si votre application est destinée à être vendue, et que vous en espérez un revenu, alors les quelques lignes qui suivent  sont pour vous !

La sécurité des applications

Tout d’abord, deux statistiques intéressantes : en 2009, environ 9% des iphones en france étaient jailbreakés. En 2013, on est tombé à 5%. Même en Chine la proportion est passée de plus d’un iPhone jailbreaké sur 3 en 2009 à 1 sur 5, 3 ans plus tard. Pour rappel, le jailbreak consiste à supprimer les protections d’Apple, et permet, entre autre, de télécharger des copies illégales d’applications (et de bases de données!).

En d’autre terme, chez Apple, 5% des terminaux sont susceptibles de récupérer des applications piratées, et cela diminue : le marché iOS est donc de mieux en mieux sécurisé pour les éditeurs de logiciel comme vous, et vous avez donc plus de possibilité pour y récupérer votre mise.

Coté Android, on en est toujours au même point : 100% des terminaux Android, sans action particulière, peuvent télécharger des applications payantes piratées sur certains portails. Une petite recherche sur le net suffit pour cela, pas besoin d’être un geek pour récupérer les applications les plus intéressantes. Ceci étant dit, si votre application ou votre projet dépend d’un contenu spécifique et centralisé sur un serveur, quelques mesures techniques de sécurité permettent de très largement limiter le piratage, voire de le faire disparaitre.

Le coût de développement de l’application

Un autre aspect à prendre en compte pour les développement sur Android, plus important à mon sens, est  qu’il y est  couteux de développer une application un tant soit peu innovante qui fonctionne bien. Non pas parce que Android serait moins performants que iOS, non, mais en raison de l’extrême diversité de l’écosystème des terminaux Android : il est extrêmement difficile de garantir que l’application que vous avez développée, testée et validée sur un terminal fonctionnera de manière satisfaisante sur un autre. Et vous avez d’autant plus de chance de vous recevoir des commentaires négatifs sur le Play Store de la part des utilisateurs, qui diminueront vos ventes futures.

Pourquoi ? Il y a tout simplement une diversité délirante des terminaux. Les processeurs vont de l’hyper-lent à l’ultra-véloce, la résolution des écran varie d’un facteur 27 (sans prendre en compte les tablettes et phablettes), leur variation de taille n’est pas mal non plus, avec une surface en cm2 variant d’un facteur de 1 à 4, les processeurs graphiques vont de l’absence totale à des systèmes permettant du montage vidéo correct. On peut avoir un écran tactile ou un clavier physique, un nombre de boutons physiques différents; sans compter que non seulement les capteurs tels que gyroscopes, boussoles, accéléromètres, thermomètres peuvent être présent ou non, mais en plus leur sensibilité et leur réactivité varient énormément d’un terminal à un autre. A cela s’ajoute la volonté des fabricants de se distinguer en proposant des fonctions spécifiques, un mode de fonctionnement de leur « stores » toujours différent, et, ne les oublions pas, l’existence de surcouches logicielles de présentation, toutes plus attirantes les unes que les autres, et qui modifient le comportement du terminal de manière plus ou moins importante.  Cerise sur le gâteau, on a actuellement 7 versions majeures d’Android en production !

En d’autre terme, sur Android, en tant qu’éditeur de logiciel, vous gagnez moins que sur Apple, mais vous devez investir plus pour ne pas décevoir vos clients. A méditer.

Plus de vente sur iOS que sur Android

Cette comparaison entre Android et iOS est à rapprocher du fait que l’essentiel du C.A. des ventes d’éditeurs  d’applications en mobilité se font toujours sur l’Appstore. En 2011, 85% des ventes étaient réalisées par les applications iOS, 15% par Android. 2 ans plus tard, alors que les terminaux Android sont devenus largement majoritaires, on a encore 2,3 fois plus de vente sur iOS que que Android. 

Cette idée se trouve renforcée par le fait que ces statistiques de ventes intègrent les revenus de la publicité, et donc ceux des applications gratuites…

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page