Le participatif, véritable levier pour les entreprises

Le participatif a ouvert une nouvelle voie de financement aux entreprises. Plus besoin de passer par les banques ou d’enclencher le traditionnel processus de la levée de fonds. Grâce aux plateformes de financement participatif, les entreprises peuvent obtenir un apport financier directement en ligne, depuis leur ordinateur.

Demander un prêt à sa banque n’est pas toujours chose facile. De nombreuses entreprises en ont déjà fait les frais. Pas évident non plus de convaincre des investisseurs et réaliser une levée de fonds. Mais alors, comment et où trouver un apport financier ? La réponse était là, sous leurs yeux ou plutôt, sur leur écran. Grâce au participatif, il est désormais possible de trouver un financement en ligne, sur des plateformes dédiées. Crowdfunding, crowdlending ou equity… Plus qu’une révolution, ces modes de financement affichent une réelle tendance à suivre.

Le crowdfunding ou financement participatif

La notion de crowdfunding désigne, en réalité, le principe même du financement participatif (« crowd » signifie la « foule » et « funding », le « financement », soit le « financement par la foule », ndlr). Ce mécanisme permet de collecter des apports financiers au moyen d’une plateforme web, qui occupe le rôle d’intermédiaire. Le but étant, bien entendu, de financer un projet. D’un côté se trouvent les investisseurs et de l’autre, le porteur de projet. Si le montant investi par chacun des investisseurs varie, les modalités de financement participatif fluctuent elles aussi. On distingue alors trois types de financement participatif : le don (avec ou sans contrepartie) ; le prêt ; ainsi que l’investissement en capital.

Se financer grâce au prêt avec le crowdlending

Découlant du principe du crowdfunding, le crowdlending se présente comme l’une des formes de financement participatif possibles. Il permet à un porteur de projet de se financer par le prêt. Deux typologies de crowdlending existent : le P2P lending et le P2B lending. Dans le premier cas, il est question de prêts accordés à un particulier par d’autres particuliers. Pour ce qui concerne le P2B lending, celui-ci fait, quant à lui, référence à une entreprise qui se voit accordée des prêts par des particuliers. Quoi qu’il en soit, une rémunération sous la forme d’intérêts est, bien souvent, attendue par les prêteurs.

L’equity : l’investissement en capital

Autre forme du crowdfunding, l’equity permet à des investisseurs de rentrer au capital d’une société et d’en devenir actionnaires. Notez que, si vous souhaitez recourir à ce type de financement, les investisseurs en question disposeront alors d’un droit de vote et de regard sur votre activité, voire d’un éventuel droit de dividendes. Du côté de ces derniers, qui optent souvent pour soutenir les TPE et PME, ils bénéficient, souvent, d’un taux de rendement élevé mais prennent un risque d’autant plus important.

Faire appel aux dons

Dernier mode de financement participatif, le don. Bien qu’une contrepartie puisse être exigée par les donneurs, celle-ci reste minime pour le porteur de projet. Le principe du don demeure de faire appel au bon cœur des personnes pour faire vivre un projet et donner naissance à une entreprise. Le site Wikipédia, par exemple, se sert des dons pour faire perdurer son modèle économique et continuer d’élargir son projet d’encyclopédie universelle et multilingue. 

Exit mobile version