Polabox, le photomaton des réseaux sociaux, interview d’Aurélien de Meaux

Parcours d’Aurélien de Meaux, cofondateur de Polabox

A l’ère du smartphone, de Facebook, de dropbox, Google+ et d’Instagram, les photos se prennent et s’échangent, partout, tout le temps. Mais qui prend le temps de les imprimer ? Partant du constat que les outils photos de prise de vue actuels sont simples mais que l’impression est plus alambiquée, Antoine Le Conte et Aurélien de Meaux créent en mars 2011 la start-up Polabox, un site et une application tablette et mobile pour le développement de ses photos via les réseaux sociaux en un clic.

Le retour est plus que positif. Un produit « bestseller » se démarque : la polabox, des tirages vintage sur format polaroid. Pour mener à bien leur projet, les deux cofondateurs font appel à des Business Angels pour deux levées de fonds, l’une de 130 000 euros en 2012, l’autre de 290 000 euros à l’été 2013.

Ils empruntent également auprès des banques, soutenus par Bpifrance qui garantit leurs prêts à hauteur de 70 %. « Quand on est une start-up ou une PME, on entend souvent dire qu’on peut se faire aider, sans vraiment savoir vers qui se tourner » explique Aurélien de Meaux. « Nous avons trouvé auprès de Bpifrance des professionnels confirmés et compréhensifs et une structure qui clarifie la mise en relation et les outils propres aux petites boites ». Pour la fin de l’année, Polabox prévoit une internationalisation de son application mobile vers l’Espagne et la Grande-Bretagne. Et a pour souhait de grandir assez vite pour dépasser le cadre de la start-up.

Quitter la version mobile