L’idée de création : une idée de génie ?

Dans les interviews réalisées par le Magazine Dynamique entrepreneuriale, le constat est le suivant : la majorité des entrepreneurs ont une idée initiale. Celle-ci rencontre rarement directement le succès et les entrepreneurs se rendent compte qu’il fallait y apporter quelques ajustements. Si les transformations sont plus ou moins profondes, de nombreux nouveaux points doivent être travaillés pour connaître la « réussite ».

Un projet qui fonctionne dès le début ?

Michel et Augustin faisaient leurs gâteaux dans leur cuisine et le dirigeant Frédéric Mazzella de Blablacar n’ont guère été mieux lotis que le reste des entrepreneurs puisqu’ils ont mis des années à devenir au top sommet. Certains ont même dû profondément changer d’idée pour en prendre une plus compétitive.

Le meilleur exemple reste Thomas Edison, le champion des échecs. Il est devenu célèbre pour avoir créé l’ampoule électrique. S’il a tenté 1000 concepts d’ampoules, il a trouvé la bonne, celle qui marché et ses citations n’ont d’intérêt que parce qu’elles représentent son combat pour mener à bien ses idées, parmi lesquelles :

L’idée précède la création d’entreprise. Si elle est l’amie intime du créateur, il s’agit également de son pire ennemi. Combien de personnes n’ont pas entrepris car elles avaient le sentiment de ne pas avoir encore trouvé l’idée de génie ? En réalité, le concept même d’ « idée de génie » demeure souvent un prétexte pour ne pas entreprendre, persuadé qu’elle reste perfectible et elle l’est très probablement sûrement et pour toujours.

L’idée n’est qu’un point de départ, un élément fondateur.

Le développement exponentiel de l’activité que vous créerez dépend d’une alchimie subtile avec votre marché et d’un travail méthodique et acharné, notamment dans votre positionnement face à votre concurrence. La qualité de l’idée est déterminante mais il vous faudra prendre en compte les nombreuses informations qui vous parviennent de vos clients, de vos fournisseurs ou encore de la réalité du terrain.

L’énergie que vous apportez, vous et votre équipe, à concrétiser votre idée et à lui faire prendre corps sera bien plus déterminante que le fait d’avoir une bonne idée. L’histoire des idées démontre qu’elles naissent souvent en même temps dans des lieux différents mais ne remportent pas le même engouement. La prime revient non pas à celui qui a eu l’idée en premier mais à celui qui en aura tiré le meilleur parti, qui l’incarne le mieux. Les investisseurs ont d’ailleurs souvent ce raisonnement en s’intéressant plus au porteur du projet qu’au projet lui-même.

Ne vous laissez donc pas abattre parce que votre idée vous paraît banale.

Simplifiez-la, améliorez-la sans cesse et pour cela prenez le temps d’écouter et de partager avec un maximum de personnes d’horizons différents. Le premier réflexe d’un entrepreneur reste souvent le repli sur soi de peur qu’un tiers ne vienne lui « piquer » son idée. L’idée doit à tout prix être confrontée à la réalité du terrain car si tout peut marcher dans l’absolu, des éléments subsidiaires peuvent venir interférer et parmi lesquelles les innovations. Le temps perdu à garder l’idée emprisonnée dans votre tête est un temps précieux qui peut être gâché durant lequel vous auriez pu tester votre concept, l’améliorer et in fine prendre un temps d’avance sur vos concurrents. Même si le produit ou le service que vous souhaitez lancer n’est pas révolutionnaire, cherchez des façons inédites de le positionner, de le distribuer, de le packager.

Et si, malgré mon beau discours, vous êtes encore persuadé de n’avoir aucune imagination, allez trouver l’inspiration ailleurs en consultant des sites internet spécialisés ou en adaptant une idée inédite en France qui a du succès dans un autre pays. Car après tout, la meilleure idée n’est-elle pas de créer son entreprise ? Alors, à chacun d’entre vous, je vous souhaite bon courage dans ce qui sera avant tout une très belle aventure humaine.

Une idée trop nouvelle ne marche pas forcément

Tout d’abord, il ne faut pas oublier que plus l’idée est nouvelle, plus il faut vérifier qu’il y aura une véritable demande. Ce n’est pas parce qu’un produit est nouveau et apporte une nouvelle fonctionnalité qu’elle sera jugée utile par les utilisateurs.  A l’inverse, une idée dite banale peut largement vous amener devenir performante car elle apporte un véritable plus par rapport à l’offre des futurs concurrents

Même si les entreprises innovantes sont plus attrayantes car offrent souvent des perspectives de développement importantes, il ne faut pas oublier que créer un produit innovant entraîne souvent des besoins initiaux plus importants afin de financer le développement de la technologie, de réaliser une étude de marché et de tester le futur produit. Il est également à prendre en compte qu’une nouvelle technologie peut vite rendre votre service/produit obsolète.

Beaucoup décident de créer dans leur secteur de métier. Est-ce une bonne idée ?

Entreprendre dans un métier que l’on cerne bien ne représente pas une garantie de succès. Lorsqu’on maîtrise le secteur, ses codes et ses acteurs, la création de l’entreprise va être plus facile et les chances de réussite seront, il est vrai, souvent optimisées car vous n’aurez pas tendance à faire d’impair et à savoir communiquer avec les codes adéquats vers vos clients.

Aujourd’hui en France, 55 % des créateurs décident d’ailleurs d’entreprendre dans leur domaine d’activité. Mais d’abord, il faut prendre en compte qu’un projet d’entreprise doit apporter généralement quelque chose de nouveau et qu’il vous faudra montrer votre différence. Un projet basé sur des coûts moins élevés peut vitre ainsi se révéler avoir un véritable modèle économique qui ne tient pas la route. Si vous comptez sur votre proximité avec chaque client pour apporter une plus-value, cela peut également représenter une difficulté si vous souhaitez vous agrandir. Enfin, il reste difficile de véritablement innover dans un métier que vous cernez trop bien car vous aurez moins tendance à remettre en cause ce qui vous paraît évident. 

Quitter la version mobile