Les Français ont-ils toujours l’envie d’entreprendre en 2021 malgré les circonstances ?

Tous les jours des nouvelles délétères nous font part de la mise en difficultés d’une kyrielle d’entreprises dans de multiples secteurs et nous indiquent que la vie économique du pays si elle n’est pas à l’arrêt est sérieusement au ralenti. Pour de nombreux secteurs, elle est cependant à l’arrêt.

Les entrepreneurs qui sont dans cette situation inédite recherchent mille solutions pour survivre le temps de l’épidémie et pour traverser cette crise imprévisible. Que ce soit la création d’un site internet, que ce soit le click and collect… ils ont mis en place tout ce qui pouvait leur permettre d’aller de l’avant ou de maintenir leur activité.

Malgré le fait de voir de nombreuses entreprises en difficultés, ils sont plus d’un à être tenté par l’entrepreneuriat.  Est-ce pour compenser la perte prévisible de leur emploi ou de se créer un emploi pouvoir faire face à l’adversité ? Était-ce un projet qui sommeillait en en eux ?  

Quel est le constat ?

L’année 2020 avec sa panoplie de confinements et d’interdictions n’a pas empêché les Français de continuer à créer leur entreprise. Selon les chiffres publiés par l’Insee, 2020 a été propice à la création : près de 850.000 entreprises ont été créées l’an passé en France, soit presque 35.000 de plus qu’en 2019 . Les microentreprises sont particulièrement plébiscitées mais ce qui semblerait étonnant particulièrement dans les secteurs les plus affectés par la crise sanitaire. Leur nombre a en effet augmenté de 6 %. De plus, les créations d’autres types d’entreprises sont restées stables alors que la crise économique frappait de plein fouet

La jeunesse au cœur de cette dynamique

 Les créations d’entreprises ont été particulièrement importantes dans le secteur « transports et entreposage », selon l’Insee. Les livreurs de repas et les chauffeurs de VTC ont été nombreux à se lancer. La demande de livraison de repas à domicile a fortement augmenté avec l’épidémie de Covid-19 et les Français se sont adaptés pour y répondre en devenant micro-entrepreneurs mais surtout pour avoir un emploi. 

Selon François Hurel, lors d’une interview, le président de l’Union des autoentrepreneurs « Il y a toujours une forte appétence des jeunes qui ne trouvent pas de travail et créent leur emploi en se lançant dans l’indépendance ».

 Selon le baromètre, démontre également le maintien de l’intérêt des jeunes pour les perspectives d’entrepreneuriat et ce même avant leur entrée sur le marché du travail. Ce sont ainsi 36% des étudiants qui déclarent vouloir créer leur entreprise en 2021

Oui mais pas la panacée !

Beaucoup de micro-entrepreneurs déjà en activité ont été fortement affectés par la pandémie et les restrictions sanitaires et leurs revenus ont considérablement baissé. Or, le chiffre d’affaires des micro entrepreneurs était de 1.000 euros par mois avant paiement des impôts et des charges au quatrième trimestre 2019, avant la crise !

Quelques informations significatives du baromètre ?

Go Entrepreneurs, organisé par Les Echos Le Parisien Evénements, vient de publier les résultats de son baromètre annuel. Ce sondage a été mené par OpinionWay pour Go Entrepreneurs auprès de 1008 personnes les 5 et 6 janvier.

L’enquête montre qu’un quart des Français pense que la crise est une opportunité pour faire preuve d’audace. Quand on n’a rien à perdre pourquoi ne pas tenter l’aventure.



La période actuelle donne-t-elle envie d’entreprendre ?

Ces chiffres sont relativement proches quel que soit le sexe, l’âge ou la région.

Exit mobile version