Weezic invente la partition augmentée, Interview de Nicolas Arbogast

Pour les amateurs, les débutants et les professeurs de musique, Weezic est une petite révolution digitale. La start-up qui existe depuis 2011 lance une nouvelle plateforme enrichie qui regroupe 500 morceaux à jouer, de véritables partitions augmentées qui aideront plus d’un novice à performer rapidement et de façon ludique ! 

Nicolas Arbogast raconte que dans l’équipe de Weezic, il est le moins musicien de tous. Lorsqu’il était enfant, il a pourtant bien appris le piano et le chant mais a très vite arrêté à l’adolescence. Un appel vers d’autres passions et surtout un manque apparent de motivation. Comment apprendre à jouer avec plaisir des morceaux alors qu’on étudie dans sa chambre avec pour seule compagnie un métronome ?

Cette observation, ils sont deux à le faire, quelques années plus tard. Gregory Dell’Era et Nicolas sont consultants en stratégie dans un cabinet conseil. Naît en eux une forte envie d’entreprendre et de créer quelque chose d’innovant.« Nous réfléchissions au secteur des nouvelles technologies et des technologies connectées » explique Nicolas. « C’est à ce moment que cela nous a sauté aux yeux ! La pratique musicale est un domaine déconnecté du monde qui nous entoure. C’est un secteur très peu digitalisé alors qu’aujourd’hui tout le monde peut apprendre les maths ludiquement sur Internet ! »

L’idée est donc mise sur la table : inventer une technologie qui permette de bénéficier d’outils stimulants pour apprendre à jouer de la musique. Le parcours est long. En 2010, les deux co-fondateurs de Weezic n’imaginent pas vers quels horizons va les conduire cette idée.

L’évolution de la solution musicale 

La société est créée en juillet 2011, et, jusqu’à aujourd’hui, les versions vont évoluer au fur et à mesure de la recherche et du développement, des rencontres organisées avec les musiciens et des feedbacks qu’ils reçoivent grâce à leur version bêta mise en ligne. Ils gagnent en maturité en participant à des concours et des incubateurs.

Le premier d’entre eux est le  » Tremplin Entreprises  » co-organisé par le Sénat et l’Essec. « Différentes entreprises se présentent à cette occasion, avec des expériences plus ou moins longues dans le domaine de l’entrepreneuriat. En ce qui nous concerne, le tremplin a marqué un véritable amorçage de notre projet qui en était encore à ses débuts ! » atteste Nicolas.

Cette première démonstration publique leur permet de rencontrer des investisseurs et des représentants d’institutions. Lauréats du concours, ils intègrent le réseau Paris Incubateurs au sein d’  » Agoranov  » pendant deux ans. Ils sont accompagnés pour leur financement par Bpifrance et reçoivent un certain nombre d’aides pour leur projet de recherche et de développement. En 2012, la start-up est lauréate des  » Grands prix de l’innovation  » de la Ville de Paris. Fin 2013, Weezic organise pour la première fois une levée de fonds auprès d’investisseurs rencontrés pour certains lors du premier concours, le Tremplin Entreprises.

La pratique de la musique grâce à une expérience augmentée

Toute l’équipe de Weezic est musicienne. C’est ce qui lui a permis de développer une technologie en interne fondée sur des algorithmes mathématiques avancés tout en y ajoutant une conscience profondément musicale.

Weezic (weezic.com) se base sur le constat que 90% des musiciens débutants travaillent seuls chez eux des morceaux qui sont souvent des œuvres musicales écrites pour êtres jouées par plusieurs musiciens. Leur solution ne concurrence pas les partitions traditionnelles mais propose une transition vers le digital.  » On vient en remplacement du papier. Nous travaillons avec des éditeurs de partitions.
« 
Le catalogue de la rentrée regroupe 500 morceaux à jouer dont le prix s’échelonne entre 2 euros l’unité et quelques dizaines d’euros pour certaines méthodes complètes d’apprentissage.

Outre le support digital sur lequel peuvent à présent s’appuyer les musiciens et les professeurs, la partition  » augmentée  » contient un accompagnement personnalisable, adaptable à la tonalité et au tempo, donc au niveau de l’étudiant-musicien. Grâce au simple micro de l’ordinateur ou de la tablette, la technologie est capable d’analyser ce qui est joué, de souligner les erreurs et de s’adapter.  » C’est un outil dynamique en temps réel ! «  assure le co-fondateur, enthousiaste.

L’expérience intègre également des vidéos pour s’inspirer du jeu des plus grands en suivant la partition animée.

3 questions à Nicolas Arbogast, co-fondateur de Weezic

• Si 3 mots pouvaient résumer l’entrepreneuriat, quels seraient-ils ? 

Aventure, équipe et engagement.

• Si je vous dis, « abandonner », que me répondez-vous ? 

C’est comme « impossible », ça n’est pas un mot français.

• Quel conseil donneriez-vous à un jeune prêt à se lancer ? 

D’y aller sans hésiter.

Je tiens toutefois à nuancer ces propos. Avant de me lancer dans l’aventure de Weezic, j’ai travaillé sur pas mal de projets. Si je ne les ai pas lancés, c’est parce que selon moi, il y avait trop de zones d’ombres. Je n’avais pas la certitude d’aller ensuite jusqu’au bout. Les doutes sont importants et il faut les regarder en face dès qu’ils se présentent. En revanche, avec Weezic, je n’ai jamais eu un moment de doute. L’aventure entrepreneuriale est une aventure à durée indéterminée, il vaut donc mieux s’assurer avant que c’est bien de cela que l’on a envie ! Par contre, une fois la décision prise, il faut y aller à fond !

Quitter la version mobile