Le super héros version adulte, Interview de Maxime Wagner

Lorsqu’il était enfant, Maxime Wagner avait pour projet de devenir super-héros et de changer le monde. Les années passant, le jeune homme se découvre une autre passion : l’entrepreneuriat. Et s’il ne change pas le monde, il veut changer la vie des entrepreneurs avec CaptainContrat. 

C’est aux côtés de son frère Philippe Wagner et de son associé Pierre Gielen que Maxime emprunte le chemin de l’entrepreneuriat. En développant le premier prototype d’une plateforme collaborative, ils se rendent compte du réel besoin qu’éprouvent les entrepreneurs en termes de documents juridiques. Ensemble, ils décident d’aider les dirigeants de TPE/PME à traverser le calvaire administratif. Ayant eux-mêmes besoin de soutien afin de mener à bien ce projet, ils intègrent successivement trois incubateurs différents dont Start-up 42.

Une cible : les entrepreneurs

Les cofondateurs fournissent par l’intermédiaire de leur site Internet des documents juridiques, destinés à des créateurs d’entreprises et des dirigeants de TPE/PME. Ces documents sont rédigés par des avocats et proposés à des prix très compétitifs, grâce à un algorithme de collecte d’informations qui fait gagner beaucoup de temps aux avocats. Les deux frères ont su tirer un enseignement de leurs erreurs passées et ont pris en compte les attentes du marché en sortant très rapidement un « produit test ». L’équipe pratique aussi depuis peu le « growth hacking » qui, par de petites stratégies peu coûteuses, permet d’accroître le nombre de visiteurs uniques du site.

Vivre de talent, d’eau fraîche, et de ténacité

Grâce au prix du Concours 101 projets dont ils sont lauréats, et à leurs fonds propres, Maxime et ses associés évitent la levée de fonds. Ils font front aux obstacles qui s’imposent à eux, telles que la dureté du marché, l’éternelle problématique du recrutement et les qualités commerciales nécessaires. Aujourd’hui, les packs proposés démarrent à 390 €, soit 4 fois moins chers qu’ailleurs. Captain Contrat travaille déjà avec une vingtaine de cabinets d’avocats conquis par sa solution. à terme, les trois mousquetaires souhaitent développer au maximum le nombre d’avocats partenaires et exploiter le marché européen. Sur le chemin de la réussite, rien ne semble les freiner.

Quitter la version mobile