Comment redynamiser une entreprise en difficulté ?

Tout au long de votre vie entrepreneuriale, votre société peut rencontrer certaines difficultés et vous n’êtes pas à l’abri de vous retrouver en présence de circonstances compliquées. Des produits ou services présentant des défauts, des soucis de trésorerie, des dettes accumulées, un carnet de commandes vide, une absence de client, un chiffre d’affaires en baisse, autant d’éléments qui sont susceptibles d’entraîner votre firme au bord du gouffre. Dans ces moments de crises, un entrepreneur doit rapidement s’appuyer sur ses réflexes et obligatoirement se montrer réactif pour sauver son établissement. Pour vous aider à vous attaquer à cette situation difficile avec détermination, voici quelques astuces pour dynamiser votre entreprise dans le but de la remettre sur les rails du succès.

Le mois de mars pourrait marquer un point de bascule des faillites d’entreprise en France. Alors que les défaillances ont considérablement reculé depuis le début de la pandémie en raison du soutien de l’État, les signaux de détresse se multiplient. Le cabinet Altares note une explosion de 155 % des faillites fin mars et un « taux jamais atteint depuis 20 ans » d’entreprises.

Selon Thierry Million directeur de Altare : « Alors que la tendance à la baisse des défaillances d’entreprises était forte depuis un an, les deux dernières semaines de mars marquent un point de bascule. Les défaillances ont explosé de 155 % comparés à mars 2020 et on remarque une hausse encore plus importante sur les deux premières semaines d’avril ».

Ainsi, huit entreprises sur dix qui se présentent devant les tribunaux sont tellement en difficulté qu’elles sont directement liquidées. « C’est un taux jamais atteint depuis 20 ans », constate Thierry Million. E

 Si vous êtes dans l’une de ces situations, découvrez quelques conseils pour dynamiser votre société.

Réduire les coûts inutiles

Plus vous saurez comment réduire les coûts de votre entreprise, plus vous aurez la possibilité d’assurer son développement et de la sauver des difficultés. Pour y arriver, il faut d’abord faire un état des lieux des dépenses et des recettes pour identifier les problèmes de frais. Il est alors important que vous les classiez dans plusieurs catégories comme « Salaires », « Achats fournisseurs », « prestataires » ou encore « Fracturation client » afin de ne pas se retrouver débordé. L’utilisation d’un logiciel de gestion peut s’avérer profitable. Une fois cette démarche effectuée, vous serez en mesure d’analyser les éléments superflus. Afin de réduire les dépenses, faites tout votre possible pour renégocier les contrats avec vos fournisseurs lorsqu’ils vous semblent trop élevés ou n’hésitez pas à en trouver d’autres. Désengagez-vous des partenariats et des activités contre-productives qui vous soulageront des frais de gestions tout en vous recentrant sur des éléments rentables. En cas de factures onéreuses en énergie, partez en guerre contre le gaspillage en utilisant le moins possible les lumières, le chauffage et en privilégiant la voie électronique par rapport au papier. Procédez à des réorganisations au sein de votre société en affectant vos salariés à des postes en adéquation avec leurs compétences et en cas de nécessité majeure, réduisez vos effectifs.

Enclencher des dispositifs d’urgence

Si votre entreprise rencontre des difficultés économiques, financières ou juridiques, des solutions existantes de dernier recours vous permettent d’éviter le redressement judiciaire. Trois issues sont possibles, avec la procédure du Mandat Ad Hoc, de conciliation et de sauvegarde. La première a pour but de rétablir la situation de toute société avant qu’elle ne débouche sur une cessation de paiements. En faisant une demande au Tribunal du Commerce, elle attribue à l’entrepreneur un mandataire Ad Hoc dont le rôle est de l’aider à identifier et résoudre les problèmes en toute confidentialité, notamment en négociant un accord de rééchelonnement de dettes avec les créanciers. La deuxième cherche à trouver une entente amiable entre l’entreprise et ses principaux créditeurs et partenaires lorsque celle-ci peut être en cessation de paiement, mais seulement depuis 45 jours. Un conciliateur est affecté pour proposer des propositions dans le but de préserver la société, son activité et les emplois. La dernière a pour objectif de mettre en place un plan de sauvegarde à l’aide d’un juge-commissaire, d’un administrateur et d’un mandataire judiciaire pour que l’entreprise puisse continuer à fonctionner en effectuant une réorganisation. Avec l’optique de maintenir les jobs et d’épurer les dettes.

Accéder à des aides et services

Votre société connaît toujours des difficultés malgré vos tentatives répétées pour trouver des solutions adéquates et vous vous demandez comment sortir de cette impasse. Des aides et des services existent pour vous soutenir. L’État et les collectivités territoriales peuvent sous certaines conditions intervenir via  diverses mesures comme des délais de paiement, des exonérations d’impôts et de taxe ou une prise de participation dans le capital de votre firme. Des comités d’aide aux entreprises sont également disponibles comme la CCSF (Commission des chefs des services financiers, ndlr), le CODEFI (Comité départemental d’examen des difficultés de financement des entreprises, ndlr) et le CIRI (Comité interministériel de restructuration industrielle, ndlr). La première octroie des délais de paiement pour certaines dettes fiscales et sociales en cas de trésorerie temporairement en difficulté. Le deuxième recherche des solutions financières aux sociétés de moins de 400 salariés en proposant la mise en place d’un audit ou en accordant un prêt tout en servant de médiateur auprès des actionnaires, fournisseurs ou banquiers. La dernière propose les mêmes aides décrites précédemment pour garantir l’avenir ou la reconversion des entreprises de plus de 400 employés.

Ces diverses astuces vous seront fructueuses pour permettre à votre entreprise en difficulté de redresser la barre et de prendre un nouveau départ avec ambition et avec persévérance, pour donner une autre chance à votre projet. L’important est avant tout pour un entrepreneur de s’engager avec courage et inflexibilité dans la sauvegarde de son entreprise et d’impliquer l’ensemble de ses membres pour parvenir à ses fins.

Quitter la version mobile