8 idées reçues sur le design web

Il existe des idées reçues lorsque l’on évoque le design web. Nous avons décidé de mettre à mal celles qui nous semblent obsolètes voire complètement fausses et qui ne correspondent plus à l’évolution des sites internet. Vous verrez, il y en a peut-être quelques-unes que vous pensiez pourtant vraies !

1 – La règle des 3 clics.

Il faudrait, selon les idées reçues, que toute information soit disponible en 3 clics. Si cette règle a bel et bien existé, elle n’est aujourd’hui plus efficiente dans l’ergonomie. Elle est même dépassée car elle ne prend pas en compte le visiteur. En effet, celui-ci ne s’en va pas de votre site car il a fait trop de clics mais parce qu’il ne trouve pas l’objet de sa recherche. Or, la tendance est de vouloir la respecter, à tout prix par certains webmasters, et   induit parfois des pages très chargées. Or, si celui-ci se noie dans chacune de vos pages, il risque bien de fuir votre site et vous aurez l’effet inverse de celui escompté. Il vaut donc mieux faciliter sa navigation.

2 – L’ergonomie et le design seraient antagonistes

Si on prend cette maxime, l’ergonomie serait censée tuer le design ou l’inverse. En réalité, il s’agit d’un mixe des deux puisque la structure ergonomique doit faciliter la navigation et que le design doit apporter une sensation de plaisir. Au final, le fondamental reste de respecter le fait que votre site doit plaire à votre internaute de toutes les manières possibles. Ils n’ont rien d’antagonistes puisque le design vous permet d’apporter une meilleure hiérarchie visuelle par les couleurs ou encore les zones de respiration. En réalité, l’ergonomie et le design ont des fonctions complémentaires qui sont d’être pratiques et appréciables.

3 – S’occuper de l’ergonomie à la fin

L’ergonomie est à considérer tout au long de la création de votre site internet. Il faut d’ailleurs prendre en compte les problématiques dès l’origine car elle influence l’ensemble. Elle n’est donc pas indépendante comme on pourrait le croire des autres métiers comme le marketing, le design ou le référencement. Il est très compliqué de ne la prendre en compte qu’à la fin car cette organisation va ajouter des délais pour votre projet si finalement elle était inadaptée. Il faut donc faire tout au long du projet des tests ou des maquettes pour vous assurer qu’elle est fiable. A défaut, vous perdrez du temps et de l’argent…

4 – Mon site doit être 100% ergonomique

Cette idée est totalement fausse également car un site qui ne fait que respecter toutes les règles d’ergonomie ne pense pas en tant qu’internaute. L’ergonomie doit contribuer à augmenter le niveau de qualité et non être le but en soi. Rappelons-le : votre site doit donner du plaisir et ce n’est pas son ergonomie qui donnera forcément envie à votre utilisateur de s’y rendre ou qu’il attirera forcément du monde mais son contenu.

5 – Le focus groupe remplace le test utilisateur

On pourrait se dire qu’un bon focus groupe peut remplacer un test utilisateur. Cette méthode qui est basée sur des questions et des avis vous permet en effet d’obtenir un avis subjectif par nature. Le test utilisateur à l’inverse vous permet d’observer le comportement de chaque internaute. Celui-ci est donc beaucoup plus objectif et vous permet d’adapter votre ergonomie. Ce n’est pas parce que tout le monde pense que le bouton serait bien à gauche qu’il doit se situer à gauche dans la pratique.

6 – Le site doit être conçu pour tout le monde

La tendance est de penser qu’un site internet doit être utilisable par tout le monde et qu’il faudrait qu’un novice soit capable de forcément utiliser votre site. Or, il s’agit d’une fausse vérité puisqu’en réalité il s’agit non pas d’un internaute lambda mais des vôtres. Dans la réalité, il s’agit de prendre en compte leur profil et leurs habitudes et non celles d’une personne qui ne correspond pas à votre visiteur. Ne les surestimez pas en pensant qu’ils vont tout apprendre et comprendre intuitivement et ne faites pas non plus l’inverse car vous pourriez bien nuire à la navigation en voulant absolument les guider par exemple.

7 – Les internautes détestent scroller

La légende veut que les internautes détestent faire défiler les pages vers le bas. Sauf qu’aujourd’hui, c’est plutôt recommandé dans plusieurs cas. Par exemple, si cela vous permet d’aider pour accéder à certaines fonctionnalités ou encore si les informations qui demandent un défilement vers le bas sont secondaires. En réalité, la difficulté reste de hiérarchiser les deux points afin que l’information la plus pertinente soit dans la barre au niveau de la ligne de flottaison alors que la moins importante doit se retrouver tout en bas.

8 – Vos visiteurs auraient tous le même mode de lecture

Il était courant dans les annales de la lecture papier d’affirmer que les lecteurs ont une lecture en Z alors que les internautes seraient en F. En réalité, il n’y a pas de sens de lecture prédéfini et ce sont les habitudes (qui changent d’une personne à l’autre) qui font qu’on lit davantage d’une manière ou d’une autre. La lecture en F est aujourd’hui devenue majoritaire car les sites sont conçus pour une lecture de cette manière. Selon l’apparence de votre site, elle pourrait donc être bien différente. 

Quitter la version mobile