Les entrepreneurs féminins et masculins sont-ils si différents ?

Une étude parue hier et réalisée par Axa Entreprises sur un panel de 500 dirigeants de TPE, PME et ETI (hommes et femmes confondus), soulève une seule dissemblance majeure dans le management de l’entreprise entre hommes et femmes. 

Le capital humain, un élément essentiel pour les entrepreneures

Le bien-être au travail, lutter contre le stress, la mise en place d’une mutuelle santé pour leurs salariés, sont autant d’enjeux primordiaux pour les femmes chefs d’entreprise. Les hommes, toutefois, concernés par ce capital humain, semblent néanmoins moins impliqués que les femmes dans le management des Ressources humaines. 77 % des femmes chefs d’entreprise ont intégré un contrat de prévoyance pour leurs salariés contre 65% pour les hommes. 

Parfois, ces nuances dans la gestion d’entreprise suivent une certaine logique. Les femmes ne rencontrent pas les mêmes difficultés dans leur vie professionnelle que les hommes et sont donc plus concernées par certains points sur lesquels elles insistent dans leur politique managériale. C’est le cas par exemple de la lutte contre la discrimination. Les femmes semblent plus soumises à des situations discriminantes dans leur vie professionnelle, ce qui influence les entrepreneures à placer cet élément dans leurs priorités de manager. 

Une vision similaire de l’entrepreneuriat entre hommes et femmes

Cette étude nous dévoile finalement que les femmes possèdent les mêmes préoccupations et les mêmes obstacles (à l’exception d’un parcours plus ardu pour y parvenir) que les hommes sur la gestion d’entreprise. Par exemple, 91 % des femmes regrettent que le statut d’entrepreneur ne soit pas assez valorisé en France et 93 % des hommes partagent cet avis.

Quitter la version mobile