Arture, une société qui donne accès à la culture

Adrien Abdallaoui et Maxime Dubeaux fondateurs d’ARTURE

Arture, une application créée par Adrien Abdallaoui et Maxime Dubeaux qui veut donner l’accès à l’art et la culture à tous. Des sculptures de l’Antiquité aux photographies de la Libération de Paris, Arture vous permet de parcourir en illimité les plus grands chefs-d’œuvres de l’Humanité.

Comment vous est venue l’idée d’Arture ?

J’ai étudié l’Histoire à la Sorbonne et, en parallèle de mes études, j’ai travaillé tout jeune dès l’âge de 18 ans en tant que commercial, au début dans le transport de marchandises de luxe et puis dans le prêt-à-porter. Ensuite, j’ai fait mes armes dans une maison de luxe française sur Paris, qui m’a donné tout de suite le goût du savoir- faire dans les ateliers de haute couture. Je vendais à des multimarques en Europe des collections de prêt à porter haut de gamme et je poursuivais toujours mes études à la fac. J’étais en fin de cycle à la fac et j’y allais plutôt par curiosité et passion. Peu à peu, je me suis rendu compte que l’art et la culture n’étaient malheureusement pas ou peu accessibles pour une partie de la population. J’avais d’ailleurs moi-même du mal à expliquer, au fur et à mesure que je développais mes connaissances, ce que j’étudiais à mon entourage ou aux personnes que j’avais à mes côtés. Je me suis vraiment posé la question, avec un associé qui ne fait plus partie de l’équipe aujourd’hui, comment nous pouvions à notre échelle démocratiser l’accès à l’art et à la culture et comment à travers le numérique sublimer le patrimoine. Ces interrogations nous ont amenés à développer une application afin d’offrir un accès illimité à l’héritage artistique et culturel mondial.

Quand et comment vous l’avez concrétisée ? quelles étapes jusqu’au lancement ?

En 2016, avec Adrien Abdallaoui, un ancien associé, nous avons débuté le projet ARTURE. L’application a été disponible en septembre 2019, durant toutes ces années, nous avons traversé de nombreuses étapes et remises en questions. Nous avons dû énormément nous s’investir sur le design, et collecter de nombreux retours d’utilisateurs. Pour comprendre le travail que nous avons accompli, l’application actuelle est la version 10. Une grosse partie du travail a également été de réaliser les expositions numériques présentes dans l’application, aujourd’hui plus de 450 expositions thématiques sont disponibles. Il s’agit d’un travail constant car nous publions chaque semaine trois nouvelles expositions. Nous proposons une expérience immersive basée sur une déambulation virtuelle à travers des œuvres en haute définition ce qui nécessite un contrôle qualité hallucinant. Pour information, chacune des 19 000 œuvres publiées a été analysée et validée manuellement.

Qu’est-ce que faisait Arture au début et aujourd’hui ?

L’application Arture a été plusieurs fois première sur l’AppStore et le Play Store en France toutes catégories confondues. Depuis le mois de Janvier, nous avons été sélectionnés par l’équipe de l’AppStore France pour nous accompagner au développement à l’international de l’application. Depuis quelques semaines, l’application ARTURE est désormais disponible en français et anglais dans 175 pays ! Toutefois, nous ne voyons pas le numérique comme une finalité, c’est un moyen, un support de médiation. C’est pourquoi, nous développons depuis plus de 18 mois une médiation culturelle en faveur des publics dits « empêchés ». Le but est d’offrir un point d’accès à l’art et à la culture au cœur des EHPAD et des hôpitaux. Le but est d’offrir aux établissements un moyen d’améliorer l’autonomie et le bien-être des personnes accueillies à travers la mise en place d’un espace culturel offrant une fenêtre sur le monde.

Qu’est-ce qui vous a conduits à vous intéresser à ces lieux de vie ?


Les personnes accueillies dans ces établissements ont un réel appétit culturel, une volonté de découvrir, de partager et de continuer à apprendre. Nous avons un réel sentiment d’utilité en accompagnant ces établissements spécialisés, nous sentons que nos actions changent un peu le quotidien des personnes accueillies, que nous démocratisons « vraiment » l’art et la culture. Le personnel soignant et les professionnels sont également conquis, nous avons des retours exceptionnels des témoignages qui nous touchent, ce qui nous poussent à continuer cet engagement.

Et quelles sont les principales difficultés rencontrées jusqu’à présent ? et comment vous les avez surmontées ?


La plus grande difficulté que nous avons rencontrée a été le développement de l’application. En toute honnêteté la constitution de l’équipe technique a été très complexe au début et la première équipe que nous avions recrutée ne nous a pas du tout donné satisfaction. Nous avons été « balladés » pendant de nombreux mois du fait que nous ne maîtrisions pas la partie technique. Aujourd’hui, nous avons une équipe en interne avec qui tout se passe parfaitement bien. Nous avons un processus qui nous permet d’être réactifs très rapidement et d’améliorer continuellement notre offre culturelle. Par exemple, la Borne ARTURE, notre offre de médiation culturelle au cœur des lieux de vies, possède depuis quelques mois tout son contenu en local, ce qui a été un sacré challenge technique.

Le prix de l’abonnement ?


Notre application est disponible à moins d’un euro par mois pour une utilisation individuelle sur son téléphone. Depuis le lancement à l’international, le nombre d’abonnements ne cesse de croître ce qui nous permet de continuer à créer des expositions de grande qualité regroupant les œuvres de 50 musées internationaux. Nous développons depuis quelques mois une offre entreprise, dans le but de permettre à une société d’offrir un accès culturel à leurs collaborateurs. Il y a quelques semaines, nous venons de signer un contrat avec une grande entreprise. Nous sommes très heureux de pouvoir dans les prochaines semaines offrir à des milliers de collaborateurs un accès à 5 000 ans d’Art et d’Histoire depuis leur téléphone.
Notre médiation culturelle numérique est de plus en plus reconnue ce qui amène des administrations, des régions, des départements à prendre contact avec nous dans le but de réfléchir à la mise en place d’initiatives locales. Notre objectif est de continuer à développer la mise en place des offres culturelles au cœur des lieux de vie, dans toute la France. À la fin de cet année nous aurons équipé plusieurs dizaines d’établissements séniors aux quatre coins de la France. Un de nos objectif actuel est également de continuer à développer notre médiation culturelle dans les hôpitaux et notamment vis à vis des enfants malades. Notre engagement sera toujours : « L’art pour tous, la culture partout ! »

Quitter la version mobile