Les réseaux, les centres de tous les intérêts

Les réseaux sociaux ont à peine un peu plus d’une décennie mais font l’objet de toutes les attentions étant donné leur capacité à générer du trafic et donc du business. Focus sur quelques réseaux sociaux qui ont le vent en poupe mais qui observent avec attention leurs concurrents.

ClubHouse, le nouveau réseau social qui séduit les stars

Mark Zuckerberg, Oprah Winfrey, Jared Leto, Drake, Elon Musk ou encore Ashton Kutcher. Une ribambelle d’entrepreneurs, artistes ou personnalités publics ont pris d’assaut un nouveau réseau social. Son nom : ClubHouse. Lancé il y a seulement un an, il est populaire aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne notamment pour son système de salons virtuels. L’accès est assez restreint pour le moment et n’est accessible que par le parrainage d’un utilisateur déjà inscrit qui ne dispose que de deux invitations à distribuer. Tout se fait par la voix, où il est possible de créer une salle de discussion aux thématiques diverses, comme l’humour, la musique ou la politique, pouvant accueillir jusqu’à 5 000 personnes simultanément. La popularité grandissante de ClubHouse attire autant la convoitise que la méfiance. Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, qui a d’ailleurs discuté de réalité augmentée et virtuelle sur celle-ci, serait en train de préparer une application concurrente tandis que la Chine l’a bloquée début février, car le réseau social était devenu en peu de temps, une plateforme de promotion de la liberté d’expression pour de nombreux Chinois. 

Kuaishou, le concurrent sérieux de TikTok

Si TikTok reste le leader incontesté des applications chinoises à succès dans le monde, avec 1,2 milliard d’utilisateurs actifs mensuels moyens en 2021, le réseau social voit Kuaishou, un concurrent monter en puissance en Chine. Créée en 2011 bien avant TikTok, l’application permettait au début de créer et de partager des Gifs. Misant ensuite sur la vidéo courte et le live streaming illustrant les moments quotidiens, elle se distingue de TikTok dont le modèle économique repose principalement sur la publicité, avec la mise en place d’un système de cadeaux et de récompenses à envoyer aux influenceurs, qui lui permet de générer plus de deux tiers de son chiffre d’affaires, soit 6,3 milliards de dollars. L’entreprise se targue d’avoir 264 millions d’utilisateurs dont 100 millions utiliseraient l’application chaque jour avec 95 % d’utilisateurs en Chine. Début février, fort de son succès, sa cotation en bourse a pratiquement été multipliée par trois par rapport au prix d’introduction, et permis au groupe Kuaishou Technology de lever 5,5 milliards de dollars, soit 9% de son capital, ce qui valorise l’application chinoise à plus de 60 milliards de dollars.

Microsoft a voulu s’offrir Pinterest

Une deuxième tentative avortée dans le secteur des réseaux sociaux pour Microsoft. La multinationale informatique tente depuis quelques années de s’offrir un réseau social d’envergure. Après un positionnement raté pour s’arracher des parts américaines du chinois TikTok à l’été 2020, elle a tenté ces derniers mois de racheter Pinterest. Selon le Financial Times, la firme de Redmond est entrée en discussion avec les créateurs de ce site de partage de photographies pour l’acquérir. Sauf qu’à l’heure actuelle, les tractations n’ont pas repris.  Cela peut s’expliquer par la bonne santé de Pinterest, qui a résisté à la crise sanitaire. Introduite en bourse en 2019, la plateforme plafonnait alors à 250 millions d’utilisateurs avant la pandémie de COVID-19. En janvier 2021, elle comptait désormais 322 millions d’aficionados, soit une croissance de 37 %. Boostée par diverses marques dans leur stratégie marketing, Pinterest a vu sa valorisation s’envoler atteignant les 51 milliards de dollars, soit 41 milliards d’euros environ. Un succès qui a refroidi les ardeurs de Microsoft. 

Quitter la version mobile