Innovations et développement durable, des enjeux majeurs

Le climat est devenue une préoccupation majeure aussi des grandes entreprises que des start-up qui ne cessent de nous proposer des créations plus originales les unes que les autres.

Rénovation thermique : L’État prendra en charge « jusqu’à 90 % » des travaux

L’aide pour la rénovation pourra être demandée à partir du 1er janvier 2021, mais sera applicable sur les devis signés après le 1er octobre 2020. Cette mesure estimée à deux milliards d’euros concernera les devis signés après le 1er octobre 2020. L’aide à la rénovation thermique des logements, MaPrimeRénov, prévue dans le plan de relance, pourra financer jusqu’à « 90 % du devis » des ménages modestes, selon Emmanuelle Wargon la ministre du Logement. « La prime sera calculée en fonction des revenus, de la localisation du logement et du type de travaux ». Un bonus jusqu’à 1 500 euros bénéficiera aux travaux des maisons individuelles pour les extraire du statut de « passoire thermique » : « du remplacement d’une vieille chaudière » aux « rénovations globales ». Les bailleurs et les copropriétés sont également éligibles à cette aide, qui selon la ministre créera « 22 000 emplois sur deux ans ». 

Total veut être dans le top 5 mondial des producteurs d’énergies renouvelables

Total se lance le défi de faire partie des cinq plus grands producteurs mondiaux d’énergies renouvelables afin d’anticiper le déclin de la consommation de pétrole. L’enseigne se fixe pour objectif de produire 20 % de pétrole, 40 % de gaz et 40 % d’énergies renouvelables d’ici 2050. Cependant, le groupe va continuer à chercher du pétrole bon marché mais n’investira plus dans des projets trop coûteux selon la direction de Total. Depuis le début de l’année, des projets d’électricité renouvelable représentant 12 gigawatts, soit l’équivalent d’une  » dizaine de gros réacteurs nucléaires « , sont mis à l’étude. Total vise un doublement de ses capacités au cours des cinq prochaines années. 

La finance face au risque climatique

La multiplication des catastrophes naturelles provoque des destructions qui coûtent cher aux collectivités et aux entreprises. Les mauvaises nouvelles se sont accumulées ces dernières années. « Une étude du cabinet McKinsey indique qu’aucun des 105 pays représentant 90 % du PIB mondial n’échappera au risque climatique, sous une forme ou sous une autre », souligne David Zylberberg, expert en investissement responsable chez UBS France. L’agence de notation Moody’s a racheté le bureau d’études Four Twenty Seven, un spécialiste dans l’évaluation des risques climatiques physiques, afin que ses analyses puissent entrer en compte dans l’estimation des risques climatiques avant de s’engager dans un contrat. 

Airbus se lance le challenge de commercialiser un avion à hydrogène en 2035

Airbus vient de dévoiler trois concepts d’avion zéro émission dont la propulsion utilise de l’hydrogène comme source principale d’énergie. L’avionneur européen envisage le lancement d’un premier démonstrateur à hydrogène au sol en 2021, capable de voler en 2023 et le vol d’un premier démonstrateur en 2025, avant une mise en service en 2035. Pour réaliser son innovation, l’avionneur européen envisage d’utiliser des turbines à gaz modifiées pour y faire brûler de l’hydrogène, des puissantes piles à combustibles couplées à des moteurs électriques, et un stockage cryogénique de l’hydrogène liquide à -253°C. Une échéance en phase avec les annonces du récent plan aéronautique dévoilées par le gouvernement en juin dernier pour faire face à la crise due au Covid-19. 

Zèta, les baskets recyclées, recylables et vegan en « cuir » de raisin

Laura Babin, créatrice des baskets de la marque Zèta.c zéro déchet et vegan vient de lancer une campagne de crowdfunding sur Ulule pour financer leur fabrication. En moins de 5 jours, elle a récolté 464 % de son objectif. L’extérieur des baskets est conçu à partir de déchets de raisin séchés et retravaillés ainsi que d’autres matières recyclées. Du liège et du caoutchouc recyclés sont utilisés pour les semelles intérieures et extérieures. Les lacets et la doublure intérieure sont fabriqués à partir de plastiques repêchés en Méditerranée. Tout est vegan et surtout recyclable. Laure Babin propose aussi à ses clients de reprendre leurs paires de baskets en fin de vie pour qu’elles soient transformées en combustible vert. 

Le clin d’oeil du camping architectural

Un groupe d’artistes et de designers néerlandais a transformé un parking du quartier de Rotterdam en camping. Toutes ces structures sont fabriquées avec des matériaux de récupération. L’idée a été de transformer cette zone bétonnée en oasis urbaine durable. Les bungalows sont proposés à la location à la nuit ou pour bien plus longtemps. Plus petites qu’une « tiny house » mais plus exotique qu’une tente, ces micro-habitations offrent des expériences très différentes mais toutes ont pour objectif de sensibiliser leurs usagers au recyclage et au développement durable. « Scuba » ressemble à un masque de plongée, le module vert baptisé « Petit pois » à des abris mobiles est destiné à du bétail et « Briques flottantes » ressemble en partie à une maison traditionnelle mais en fait ses briques ne se touchent pas car la construction alterne bandes de verre et bandes de briques. 

IKEA : cap sur les énergies

La firme suédoise fait ses premiers pas dans un tout nouveau domaine, les énergies renouvelables, avec la vente de panneaux électriques qu’elle assure  » rentable en 7 à 10 ans « . Avec son nouveau produit baptisé « solstråle », l’entreprise promet à ses clients de réduire la facture d’énergie de 50 % en moyenne grâce à l’autoconsommation et la revente du surplus d’électricité produit. Ikea, associé à Voltalia, propose deux offres à ses clients : la première s’adapte aux toitures les mieux exposées, à partir de 6 990 euros pour 6 panneaux, et 7 990 euros pour 9 panneaux. La seconde offre s’adapte à différents types de toits. L’installation est accompagnée de garanties de 5 ans, 10 ans, et 25 ans. 

Des vêtements de sport techniques et responsables

Nouvelle marque parisienne de sport, Circle Sportswear veut conjuguer activité sportive et responsabilité environnementale. La gamme est fabriquée, en partie, à partir de bouteilles de plastique recyclées. Les produits vendus par la startup sont fabriqués à partir de matières premières provenant de bouteilles plastiques recyclées en Italie et en Allemagne. Le tissage et la conception sont réalisés au Portugal. Ce sourcing européen permet ainsi de réduire de « 47 % les émissions de CO2 et de 84 % la consommation d’eau » nécessaires pour la fabrication d’un short. Et pour ne rien gâcher, les chutes de tissus sont transformées en tour de cou. La startup a reçu 14 labels dont Oeko-Tex, Ecolabel ou encore Cradle to Cradle et fait partie de l’association 1 % for the planet. 

Quitter la version mobile