Faut-il être sans état d’âme dans le business ?

Les séries télévisées, les films, les livres dépeignent souvent des dirigeants ou des managers qui ne voient que leur intérêt et qui oublient l’essentiel qui est celui du respect des autres. Ces comportements font fuir à long terme aussi bien les collaborateurs, que les clients ou le partenaires et les candidats talentueux. Focus sur le comportement qu’il serait bon d’adopter

Gérer son business demande de l’organisation, de la discipline, de la positivité et de l’empathie. Pour avoir du succès, il ne faut pas se laisser marcher sur les pieds. Bref, il faut être parfois rigoureux et sans état d’âme.

La rigueur : le premier moyen d’atteindre le succès dans son business

Certes, il n’est pas facile d’adopter un comportement contraire à son caractère naturel, mais quand il s’agit de faire des profits, il ne faut pas être trop gentil. Si vous êtes rigoureux, vous serez respecté par vos collaborateurs, vos fournisseurs et vos clients. Un dirigeant qui n’est pas rigoureux avec lui-même travaillera avec négligence. Ce qui peut être à la base d’une mauvaise gestion et de la nonchalance dans la satisfaction des attentes des clients. Un chef d’entreprise qui n’est pas rigoureux avec ses fournisseurs ne sera jamais livré à bonne date. C’est aussi valable pour les rapports qu’il entretiendra avec ses collaborateurs. Ces derniers ne seront pas dévoués au travail et ils agiront comme bon leur semble.

En faisant preuve de rigueur, vous aurez donc plus de 50 % de chance d’atteindre vos objectifs, voire de les dépasser. Toutefois, la rigueur ne doit pas être synonyme de dictature et d’autoritarisme. Elle doit être gage d’une bonne organisation et de la discipline. Vous devez agir dans la limite de votre éthique.

Quand faut-il agir sans état d’âme ?

Même si vous n’aimez pas être en conflit avec les autres ou si vous recherchez le consensus dans l’entreprise, vous ne devez pas être très gentil lorsqu’il faut :

Être avant tout exemplaire

Être entrepreneur c’est avant tout posséder des valeurs morales et donc réussir et permettre aux autres de réussir. Certes le monde de l’entreprise n’est pas le monde des bisounours mais les prédateurs n’ont pas leur place.

Quitter la version mobile