Comment votre entreprise peut réduire son empreinte écologique ?

Le réchauffement climatique de la planète (problème d’eau, de pollution, réchauffement climatique, tri des déchets…) est devenu une préoccupation majeure. Les entreprises ont un rôle à jouer dans la protection de l’environnement et d’autant plus qu’aujourd’hui nombre de jeunes talents mettent un point d’honneur à intégrer des sociétés qui considèrent que la protection de l’environnement fait partie de leurs priorités. Alors, comment s’investir pour réussir ce challenge ?

Pour réduire
l’empreinte écologique, il est nécessaire que tous les membres de l’entreprise s’impliquent et en faire un art de vivre de l’entreprise. L’intérêt est aussi que les personnes acquièrent des réflexes. L’ADEME propose toute une série de conseils pertinents pour réduire cette empreinte écologique et donc vous pourriez organiser des réunions autour de ce thème et créer une émulation qui serait source de cohésion. Il serait également judicieux aussi de répercuter certaines économies en bons cadeaux pour inciter chacun à faire des économies.

Voici quelques objectifs que vous pourriez fixer pour que la conscience de chacun s’éveille.

1er objectif : économiser le papier

Comme le souligne l’ADEME, le numérique n’a pas comme on l’espérait diminuer la consommation de papier. Or il représente 75% des déchets de bureau. Chaque salarié consomme annuellement 70 à 85 kg de papier, soit l’équivalent de 3 ramettes par mois ! 25 % des documents sont jetés 5 minutes après leur impression et 16 % des impressions ne sont jamais lues.

Quelques réflexes à acquérir !

2ème objectif : trier les papiers au bureau

Depuis le 1er juillet 2016, les administrations de plus de 20 personnes et les entreprises de plus de 100 salariés qui produisent des déchets de papier de bureau sont soumis à cette obligation. Elles doivent les trier à la source et organiser leur collecte séparément des autres
déchets
, pour permettre leur valorisation (soit en interne, soit en externe).

Le papier peut se recycler jusqu’à 7 fois. Les déchets de papier de bureau sont souvent recyclables en papier de qualité dont les caractéristiques sont équivalentes à celles du papier issu de fibres vierges. Au final, le recyclage des papiers évite l’émission de 390 000 tonnes de CO2 par an, soit les émissions annuelles de 200 000 voitures.

3ème objectif : réduire les consommations des ordinateurs, tablettes, téléphones portables

4ème objectif : collectez les cartouches d’encre et de toner vides

Pour les faire remplir si votre entreprise utilise ce service ou jetez-les dans la poubelle appropriée, afin qu’ils soient recyclés et dépollués. En 2017, 32% des cartouches utilisées ont été collectées séparément pour être traitées.

5ème objectif : les e-mails

L’usage d’Internet est devenu incontournable dans les activités de bureau. Il semble immatériel, mais c’est une illusion. Internet génère des impacts environnementaux bien réels. Dans ce domaine aussi, agissons pour les réduire : les pistes sont multiples et efficaces ! Parmi les émissions de gaz à effet de serre générées par le numérique, 25% sont dues aux Data Centers, 28% aux infrastructures, et 47% aux équipements des consommateurs.

6ème objectif : économisez l’éclairage

Son optimisation peut entraîner jusqu’à 70% de dépenses en moins sur ce poste.

7ème objectif : économisez l’eau

Une entreprise d’une centaine de personnes consomme 2 000 à 5 000 m3 d’eau par an. Un employé de bureau consomme 10 à 30 litres par jour (hors climatisation et restauration). Le réflexe est d’installer les économiseurs d’eau des toilettes et de fermer les robinets après usage et évitez de les ouvrir à plein débit.

La pause-café quasi-universelle au bureau, souvent placée sous le signe du jetable, produit beaucoup de déchets : emballages de sucre, dosettes et surtout gobelets en carton ou en plastique. Limitez
le jetable
 au profit du réutilisable et des produits peu emballés.

Voilà 7 objectifs qui pourraient sans révolutionner les habitudes de l’entreprise vs permettrait de réduire votre empreinte. La source de cet article est issue de l’ADEME

Exit mobile version