Financer sa création d’entreprise, les acteurs et le timing !

Avoir un projet, des idées mais hélas comme le dit l’adage « on ne vit pas d’amour et d’eau fraîche ». Les créateurs d’entreprise ont souvent des besoins en financement mais les ressources personnelles leur font souvent défaut pour développer leurs projets. Comment où, quand et auprès de qui trouver cet argent ?

Les actifs immobilisés doivent être avant tout financés par du capital social et des apports en comptes courants d’associés. Ce sont les investissements incorporels (site internet, fonds de commerce), corporels (travaux d’installation, véhicule) et financiers (garantie professionnelle, dépôt de garantie pour les loyers).

Ne perdez jamais de vue que ces sommes, appelées fonds propres sont le fondement de la solidité financière de votre entreprise : c’est l’importance des fonds propres qui détermine la capacité d’emprunt.

L’argent personnel et la love money

L’apport personnel est souvent considéré comme indispensable pour :

L’apport personnel peut être complété par les proches (parents et amis), qu’il faudra convaincre.

Il s’agit dans ce cas de « love money ». Ces proches constituent un premier test pour savoir si le projet est viable. Ils peuvent souscrire au capital et notamment bénéficier ainsi d’une réduction intéressante d’impôts sur le revenu.

Les concours, prêts d’honneur, aides et incubateurs

Sans qu’il n’y ait de règle absolue, les banques ne financent le plus souvent qu’à hauteur de 70 % du montant HT les investissements physiques, le fonds de commerce s’il y a lieu et, exceptionnellement, le Besoin en Fonds de Roulement. Par ailleurs, le banquier limite fréquemment son engagement à hauteur de la mise du créateur : il considère que les fonds propres doivent au moins égaler l’emprunt sollicité. Par ailleurs, pour compléter les prêts bancaires, on peut penser au PCE dont la somme est comprise entre 2 000 et 7 000 euros. Précision sur le PCE : ce dernier doit obligatoirement être accompagné d’un concours bancaire à moyen ou long terme dont le montant est au minimum égal à 2 fois celui du PCE.

Attention : si vous n’utilisez le prêt bancaire, le PCE peut se retrouver directement prélevé sur les ressources personnelles du créateur.

Quelles sont les garanties pour accéder aux prêts bancaires ?

En principe, les banques ne prêtent pas sans garanties : d’abord sur les biens financés (hypothèque, nantissement…) et ensuite, selon le cas, par des cautions personnelles. Si après analyse de votre dossier les garanties présentées sont jugées insuffisantes, votre dossier risque d’être refusé sauf à prévoir d’autres garants.

Quelle est l’origine des Fonds de garantie ?

Ils peuvent être nationaux, régionaux ou locaux et concerner particulièrement la création d’entreprise, comme : OSEO, le Fonds de garantie à l’initiative des femmes FGIF, les fonds de garantie de France Active, tournés vers des créateurs en situation personnelle difficile : allocataires du RMI, chômeurs en fin de droits,… les Sociétés de caution mutuelle (SCM) généralistes comme la Siagi ou spécialisées par secteurs d’activité accordent généralement leur garantie à hauteur minimale de 50 %.

La prise de participation au capital

Attention : certains Business Angels sont très sensibles à la forme juridique choisie et préfère les S.A.S. ou SA aux S.A.R.L. 

Pour les expériences recensées par Dynamique : Il s’agit de l’impact psychologique de la gestion de fait. 

Exit mobile version