WSHOP, une entreprise digitale innovante qui a su créer ses opportunités

Brice Ohayon, fondateur & CEO d'WSHOP

Brice Ohayon, un entrepreneur aux multiples ressources qui a su s’adapter pour développer son business.

Comment a commencé l’aventure WSHOP ?


J’évolue depuis plus de 20 ans dans le milieu du digital, il faut donc remonter en 2001 aux Etats Unis où j’ai créé l’agence Webpopulation. A cette époque nous étions aux prémices de l’e-commerce, très peu de solutions existaient et nous devions tout construire de A à Z. Forcé de revenir en France par manque de moyens et à la suite du refus de mon visa étudiant, j’ai alors été contraint de tout recommencer à zéro… Au lendemain du Krach des années 2000, le démarrage de WSHOP était alors un vrai défi.

Comment se sont passés les débuts ?

J’ai commencé seul, à la Courneuve dans un petit bureau de 18m² : la journée j’étais commercial et la nuit je devenais développeur et créatif (rires). A l’époque, j’ai réussi à décrocher des contrats assez prestigieux notamment avec L’Oréal grâce à des relations. Fort de ce succès j’ai réussi à recruter une quinzaine de collaborateurs et nous nous sommes installés dans le 10ème arrondissement de Paris près du Théâtre « Le Splendide ». C’est dans les années 2005 – 2006 que nous nous sommes spécialisés dans le domaine de l’e-commerce. Nous étions alors les pionniers du développement en SaaS avec des technologies « Web » …

Quelle a été la suite ?

A l’époque nous nous sommes très rapidement retrouvés bloqués par les solutions existantes, ces « usines à gaz » manquaient de flexibilité pour répondre correctement aux besoins du marché. Nous avons alors pris le pari un peu fou de développer une nouvelle solution, pour pouvoir mettre en œuvre nos conseils et notre vision du commerce digital. Il y a 3 ans, après avoir fidélisé un socle significatif de clients, nous avons décidé de scinder nos activités. Débute alors la commercialisation de la solution WSHOP. Nous avons donc séparé les prestations d’agence avec celle de la solution technique qui représente aujourd’hui 80 % du chiffre du groupe. Solution de Commerce Digital Unifié, elle permet de faire à la fois l’e-commerce et le phygital ou la transformation numérique des points de vente dont nous entendons énormément parler en ce moment avec le « Click & collect » ou encore le « Ship From Store » …

La transition avec la nouvelle activité s’est passée en douceur ?

Extrêmement bien, c’était tout simplement l’attente de nos clients. Nous sommes effectivement passés d’une société de service à un éditeur de logiciel. Je pensais que la prestation était complémentaire à l’édition de logiciel, j’avais fait une erreur fondamentale. Même s’ils existent tous deux dans le même écosystème ce ne sont pas du tout les mêmes métiers et encore moins les mêmes marchés. De plus vous avez à ce jour entre 5 000 et 6 000 agences rien qu’en France, pour 5 à 10 éditeurs dans le monde ! Enfin le métier d’éditeur est factuel alors que la prestation de service est subjective. Une fois la scission réalisée, tout s’est fait très naturellement et très rapidement, en quelques mois l’offre logiciel a décollé.

Que faites-vous exactement aujourd’hui ?

Nous nous adressons à des marques et des enseignes, retailers principalement, qui n’ont pas commencé ou pas réussi leur transformation numérique en grande partie à cause de la complexité du marché. Résultat : pas d’omnicanalité, moins de 15 % de CA en E-commerce, pas d’unification de stocks, pas Click and Collect et encore moins de Ship From Store ou de tablettes en magasin.
Qui n’a pas déjà été surpris qu’on ne puisse pas l’identifier en magasin alors que vous avez déjà réalisé des achats en ligne pour la même enseigne ? Ou encore être dans l’impossibilité d’utiliser une carte cadeau en ligne achetée en magasin…
Pour faire simple nous fluidifions, grâce au digital, l’expérience client, et permettons à nos enseignes de faire du chiffre et de la croissance en supprimant les frottements entre les différents canaux de ventes (ECommerce & Phygital). Nous créons des sites performants et y associons tous les services essentiels au commerce actuel qu’ils soient onlines ou offlines. Nos clients représentent environ 3 milliards d’euros de volume d’affaires en France, 5 000 points de ventes et plus de 15 000 personnes. Ils effectuent plus de 150 millions d’euros de transactions en ligne aujourd’hui sur notre solution. Comme dans toute bonne relation partenariale, nous sommes dans une relation win-win, rémunérée au succès. Nous avions déjà avant le confinement une très belle croissance, mais depuis, comme vous vous en doutez, nous sommes en hyper croissance.

Originalité, vous avez un parcours de pilote ?

Il y a une dizaine d’années, j’ai eu l’occasion lors d’un séjour en Corse, de faire connaissance avec un pilote privé qui venait en vacances avec son avion. J’ai alors découvert un univers incroyable qui me paraissait pourtant inaccessible, en terme financier mais également en terme de capacités intellectuelles et physiques.
Trois ronds dans le ciel plus tard, je m’inscrivais pour passer ma licence de pilote privé.
C’est alors vite devenu une passion et presque un métier, voltige, pilote professionnel américain, pilote de démonstration… Amoureux des avions de collections, l‘aéronautique a changé ma vie et mon entreprise !

Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

J’avais un peu plus de 30 ans, je cherchais naïvement l’approbation et le regard des autres. J’en ai retiré tout autre chose : l’humilité et le bon sens ! Nous sommes incapables de faire deux choses à la fois et je me suis retrouvé dans des situations où je ne parvenais même plus à lire l’heure. Croyez-moi, cela apprend l’humilité et le dépassement de soi. J’ai essayé de retranscrire ce que j’ai appris dans l’aéronautique dans mon entreprise. Et croyez-le ou non c’est extrêmement efficace !

Un exemple concret ?

Lors de la formation professionnelle, l’un des modules le plus important est ce que l’on nomme le « facteur humain ». Vous devenez le seul responsable (monopilote) de la vie de vos passagers. Pour mener à bien cette mission, au-delà évidemment d’un certain nombre de tests psychologiques, ils vont vous apprendre l’art et la manière de gérer un ensemble de ressources aussi bien internes qu’externes ou « Single-pilot resource management » (SRM). C’est logique, évident mais pourtant rarement ou jamais utilisé en entreprise. Le principe est donc simplement de réutiliser cette méthodologie dans le cadre du développement et la mise en œuvre d’une solution de commerce digital unifié. Résultat on identifie via des « Check lists » des incidents pour éviter qu’ils ne deviennent des accidents et cela nous donne une agilité incroyable !

Quels ont été les challenges ?

2020 restera pour nous tous, une année folle et intense. Pour le meilleur et pour le pire. Nous avons dû faire face à une véritable explosion de la charge dans notre Cloud et des demandes. Il y a une très grosse différence entre accueillir 100 millions et 500 millions de visiteurs ou près d’1 milliard de pages vues. Nous avons dû faire face à des impacts infrastructurels, de bandes passantes, de traitement de la donnée…. Mais surtout nous avons soutenu et accompagné nos clients ! Aucun chômage partiel, une équipe soudée faisant bloc avec nos clients pour affronter cette crise sans précédent. Et nous l’avons clairement transformée en opportunité. Une opportunité de montrer à nos clients qu’ils pouvaient compter sur nous, une opportunité de démontrer l’efficacité de notre logiciel, une opportunité de prouver notre agilité qui fait la différence avec les autres solutions du marché. Nous avons créé des liens forts.

Et ceux à venir ?

Continuer de saisir cette opportunité exceptionnelle. Qui aurait cru que WSHOP, cet éditeur français pourrait se dresser devant des mastodontes américains ? Nous allons tout simplement transformer l’essai. Continuer cette croissance à 2 chiffres grâce à nos clients embarqués et poursuivre l’acquisition de nouveaux clients en France et à l’international. Continuer d’être disruptifs face aux lourdeurs des autres solutions et convaincre par notre rapidité à évoluer en même temps que le marché. La crise a finalement créé un énorme phénomène accélérateur de la transformation numérique des entreprises, avec nous au cœur de ce besoin… 

3 Conseils de Brice Ohayon

  1. Avoir du bon sens : C’est avec mon instructeur en aéronautique qui me répétait : « Arrête de regarder la boussole, regarde le soleil » que j’en ai compris toute l’importance. Nous recevons tellement d’informations aujourd’hui qu’il est très facile de se perdre et d’en oublier son cœur de business. C’est uniquement le bon sens qui vous permettra de maintenir votre croissance et de vous dépasser.
  2. Ne jamais oublier que le succès est très personnel. La définition du succès est très subjective et vous n’aurez jamais la même réponse. Dans tous les cas, la clé du succès est d’être heureux dans ce que vous faites et de prendre plaisir tous les matins quand vous y allez. Si vous êtes épanouis vous serez alors la meilleure version de vous-même. Encore une question de bon sens finalement !
  3. La persévérance : Pour reprendre les mots de Steve Jobs, je pense que ceux qui échouent sont ceux qui ne persévèrent pas. Nous passons forcément par différentes phases de doutes et de situations complexes mais il faut savoir être agile et surtout croire en ce que l’on fait. Cela termine toujours par payer !

« Amoureux des avions de collection, l’aéronautique a changé ma vie et mon entreprise »

Exit mobile version