L’effet choc qui tombe à l’eau…

L’année 2014 sera-t-elle aussi riche en bad buzz que 2013 ? 

En tout cas le premier scandale lié à
une publicité de mauvais goût ne se sera pas fait attendre. Le 6 janvier,
Numericable a été la première victime d’un soulèvement des internautes. Les
créateurs de la publicité en question, qui devait initialement être diffusée en
deux temps, ne se doutaient pas qu’elle recevrait un tel flot de condamnations…
Le 6 janvier donc, Numericable sort une publicité vantant la rapidité de
téléchargement de sa technologie. 

Le slogan « Téléchargez aussi vite que
votre femme change d’avis » est, on aurait pu s’en douter, très mal
accueilli par les féministes ! La marque avait prévu de sortir la deuxième
phase de sa campagne deux jours plus tard, en se moquant cette fois-ci des
hommes à travers le slogan « Téléchargez aussi vite que votre mari oublie
ses promesses ». Dans l’emballement du bad buzz, Numericable a dû réagir
en lançant la deuxième phase plus tôt que prévu, soit quelques heures seulement
après la première pub. Mais le mal était déjà fait…

Exit mobile version