[Start-up] Jobijoba, le Google de l’emploi

Jobijoba est une PME lancée en 2007, son activité consiste à proposer à différents chercheurs d’emploi et différents organismes d’offres d’emploi, un moteur de recherche qui permettra de faciliter la mise en relation entre l’offre et la demande de travail. Aujourd’hui, Jobijoba enregistre un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros, emploi 23 salariés et tend vers un avenir prometteur.

Un moteur de recherche spécialisé

Thomas Allaire, le fondateur de Jobijoba s’est lancé dans la création de ce moteur de recherche en se basant sur un constat : il n’existe aucun outil efficace qui permette de chercher du travail, même parmi les centaines de sites d’offres d’emplois que l’on peut trouver sur la toile. C’est alors qu’en 2007, il se lance dans la création de ce moteur de recherche spécialisé dans le référencement d’offres d’emplois. Et Thomas Allaire a vu juste en se lançant dans ce projet innovant. Jobijoba est aujourd’hui devenu une référence en la matière grâce notamment aux accords passés avec 400 sites spécialisés comme pôle emploi. Le moteur de recherche comptabilise déjà deux millions de visiteurs uniques en France ainsi que 3 millions à l’étranger.

Comment ca marche ?

Anciennement associé de la société spécialisée dans le service informatique SQLI, Thomas Allaire se lance lui-même dans la création de la première version du logiciel. Grâce à des outils sémantiques, le but est de permettre un traitement automatique des annonces d’offres d’emplois en les classant par secteur d’activité, métier, salaire, type de contrat de travail etc. Le principal problème qu’a rencontré le créateur de Jobijoba était d’éviter les doublons malgré des formulations différentes. Le modèle économique de l’entreprise, quant à lui, repose sur les partenariats faits avec les différents spécialistes du marché de l’emploi.

Les partenaires

Un chercheur d’emploi trouve une annonce lui correspondant sur le moteur de recherche, il est ensuite redirigé vers les sites partenaires qui lui reversent en échange quelques centimes d’euros.
« Payés par les annonceurs pour publier des offres d’emplois, ces sites se doivent de générer du trafic qualifié. C’est justement pour cela qu’ils nous rémunèrent », explique Thomas Allaire au magazine Les Echos.

Après avoir récolté 1 million d’euros lors d’une levée de fonds faite en 2010 grâce au site de financement participatif Newfund, l’entreprise a pu se développer et emploi maintenant 23 personnes qui permettent à Jobijoba de travailler en 4 langues différentes et d’exporter son activité, à la demande de géants du secteur tel que Monster, dans une dizaine de pays. Même le conseil régional d’Aquitaine s’est associé au moteur de recherche pour peut-être calibrer son offre de formation grâce aux analyses de Jobijoba.

Avec un concept innovant et l’ambition de se développer en Europe, Jobijoba pourrait bien être l’entreprise à suivre…

Exit mobile version