Actualité

Workaholics : désintoxiquez-vous !

Les entrepreneurs sont souvent assimilés à des bourreaux de travail. Est-ce forcément une bonne chose ? Comment ne pas tomber dans une vraie addiction destructrice au travail ?

Vous enchaînez les nuits blanches pour terminer vos dossiers ? Vous n’avez pas pris un seul weekend depuis plusieurs mois ? Et vous ne parlez que de votre travail à vos proches ? Attention, vous êtes peut-être ce qu’on appelle un workaholic ou drogué du travail. Différent d’une simple passion pour le travail, le workaholisme est une vraie addiction pathologique qu’il convient de traiter. Car, s’il est en général vu comme une personne responsable et engagée pour l’entreprise, le bourreau de travail souffre aussi de problèmes relationnels avec ses proches et est susceptible d’altérer sa santé. L’INRS avance même que certains cas de workaholics sévères sont « morts de travail » après avoir enchaîné 24h non stop au bureau !

Les entrepreneurs fortement touchés

Les entrepreneurs le savent bien, dans les premières années de la vie d’une entreprise, le dirigeant ne compte pas ses heures de travail. Il travaille ainsi simplement parce qu’il n’en n’a pas le choix. Tout reste à créer et les fonds de l’entreprise ne permettent pas encore d’étoffer la masse salariale. Par nécessité donc, et par passion souvent, les entrepreneurs passent leur temps les yeux rivés devant leur ordinateur. Mais il est important, pour soi, pour ses proches, et même pour son entreprise, de savoir décrocher pour se ressourcer. Difficile direz vous… Certes, mais il suffit souvent d’apprendre à mieux organiser son travail ou à moins s’attarder sur des détails insignifiants et chronophages.

Les bourreaux de travail remis en question

Aux états-Unis, on voit depuis quelques années émerger une nouvelle génération de managers charismatiques qui prônent l’anti-workaholisme. Selon eux, opter pour les horaires à rallonge n’augmenterait pas pour autant l’efficacité. Les « bourreaux de travail » ne seraient ni plus dévoués à l’entreprise, ni plus productifs, ils seraient juste plus présents au bureau. Les auteurs du best-seller Rework, écrit par deux entrepreneurs de la Silicon Valley, portent dans leur livre un regard très critique et provocateur sur ces bourreaux de travail qui sont plutôt valorisés par la culture occidentale. Ils jugent ainsi leur attitude « inutile et contre-productive ». Selon eux, cette mentalité engendre auprès de leurs collègues un sentiment de démoralisation et de culpabilité qui favorise un présentéisme par pure obligation, alors même qu’ils ne sont plus productifs. Les auteurs avancent que personne ne peut prendre de bonnes décisions sous l’effet de la fatigue ou s’il n’a pas pris le temps de se ressourcer en dehors de son travail.
Tout l’enjeu est alors d’apprendre à travailler plus vite et mieux. Une question centrale pour les entrepreneurs qui souhaitent réussir à équilibrer leur vie tout en ne faisant pas l’impasse sur le développement de leur boite !

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer