Actualité

Travail dominical : Bricorama (re)condamné !

La cour de Versailles a confirmé dans son arrêt mercredi 31 octobre le jugement en référé du tribunal de grande instance (TGI) de Pontoise. Celui-ci ordonnait la fermeture des magasins de l’enseigne sous astreinte.

Selon FO, le montant global du non respect s’élèverait à plus de 19 millions d’euros en prenant en compte tous les dimanches ouverts de la décision en janvier jusqu’au 31 mai. Bricorama ayant décidé de continuer à ouvrir ses portes depuis lors, devrait voir la somme à reverser se révéler encore plus élevée surtout quand on sait que l’astreinte se monte à 30.000 euros par dimanche et par magasin.

D’autres enseignes pratiquant la même politique

L’enseigne n’a cependant pas décidé d’assumer seule cette décision puisqu’elle assignerait les autres enseignes ouvertes le dimanche en concurrence déloyale. Elle a aussi aussitôt annoncé sa volonté de se pourvoir en cassation, décision qui devrait probablement rejeter le pourvoi.

Force ouvrière ouverte à négociation. 

La conséquence immédiate du paiement effectif de l’astreinte ? Le licenciement et la diminution des salaires seraient la plus logique décision de la marque en cas de paiement de l’indemnité auprès notamment de FO qui avait attaqué Bricorama. Celle-ci ne devrait pas se priver de « punir » le syndicat qui, d’ores et déjà, se veut désenflammer la future situation, en s’état déclaré « prête à ouvrir des négociations sur le montant de l’astreinte en échange notamment de la fermeture le dimanche, le maintien du salaire des personnels qui travaillaient le dimanche et le maintien de tous les emplois ».

Afficher plus

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page