Actualité

Travail au noir : plus de 7% des entreprises frauderaient

En 2011, les contrôles Urssaf auront abouti d’environ 1,2 milliards d’euros de redressements soit une hausse de 14% par rapport à 2010.

Le travail « au noir » ou travail non déclaré est pour la première fois chiffré en France par l’URSSAFF. Plus de 7% des entreprises n’ont pas déclaré leur employé ou la totalité de leurs heures, c’est ce que dévoile les Echos qui relayent l’enquête réalisée auprès de 4000 entreprises.
Autres chiffres intéressant : 2,4% des salariés seraient concernés et la région Ile-de-France serait en tête des mauvais élèves contrairement aux régions Centre, Auvergne et Limousin qui font figure de bons élèves.

Ces chiffres qui sont certainement sous-évalués par rapport à la réalité puisqu’ils se basent sur les contrôles. Ceux-ci n’étant quasiment jamais fait aux heures où les entreprises sont susceptibles d’accueillir le plus des travaillés illégaux et aléatoires c’est-à-dire le week-end, tôt dans la matinée ou tard le soir.

Des chiffres sans surprises.

Comme on pouvait s’y attendre ce sont les seniors et les jeunes qui sont les plus concernés. Selon Les Echos, ceci s’explique par le « types de contrats de travail privilégiés pour ces tranches d’âge ». D’autres explications pourraient également être avancer comme la difficulté à trouver de l’emploi pour ces catégories.

Autre résultat sans surprise : les fraudeurs sont d’abord tous les commerces dans lesquels circulent de liquidités comme hôtels, les restaurants et les cafés ainsi que le commerce de détail alimentaire et les salons de coiffure.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page