Actualité

Tour d’horizon sur les Assises de l’entrepreneuriat

Denis Jacquet, président de Parrainer La Croissance, qui participe actuellement aux Assises de l’entrepreneuriat, lancées le 14 janvier à Bercy, a dévoilé, pour Dynamique Entrepreneuriale, quelques points du projet.

« Les Assises devraient accoucher de quelques mesures importantes. Un point d’étape sur les pistes suivies pas les 9 chefs de file qui s’est déroulé au Ministère (Fleur Pellerin), en présence des partenaires sociaux, institutions, de la Ministre et des conseillers des autres ministères. Aucun sujet n’a été rayé du calendrier, y compris sur la fiscalité », a déclaré M. Jacquet.

« Nous pouvons donc avancer sur des mesures où les termes d’accompagnement, lisibilité, incitation, détection, formation ont été largement partagés par les différents groupes », a-t-il poursuivi.

Les différentes mesures abordées

L’accompagnement

– Il se décline en termes de compétences, de financement, haut de bilan, BFR ou délais de paiement.

La formation

– A tous les niveaux de la société, école, professeurs, acteurs du développement national ou international semble incontournable.

La sensibilisation

– Elle se fait par la communication, notamment en mobilisant les médias nationaux autour de la culture entrepreneuriale.

La lisibilité

– En limitant les offres, en harmonisant leur présentation, en incitant tous les réseaux à proposer le même produit en y ajoutant uniquement celui qui leur est propre. Cela suppose de mettre fin à l’inflation de mesures pour en retenir moins mais les rendre visibles et attractives.

La détection

– Elle est indispensable pour faire émerger les acteurs du futur sur les créneaux majeurs d’activité économique et pour trouver les PME ayant un potentiel international, afin de faire de la conquête des marchés étrangers un des points clés pour renouer avec la croissance, en ramenant celle des pays « conquis » dans le nôtre.

L’incitation

– A la fois par l’inclusion de plus larges publiques, mais aussi par une fiscalité plus adaptée aux mécanismes économiques. Cette fiscalité doit rétablir une chaîne vertueuse de financement des start-up et PME à chaque stade de leur développement. Cette fiscalité doit également travailler sur la durée de détention des titres afin d’en faire un élément central des dispositifs, adapté à chaque taille, secteur et enjeu. L’incitation enfin par un travail sur l’innovation, qui puisse faire émerger les grands projets du futur, tout en s’inspirant de modèles performants, comme celui d’Israël.

« Nous allons donc finaliser les mesures, leur impact potentiel et définir un ordre de priorité. Ce travail sera achevé fin mars. A la mi-avril, le président de la République viendra à notre rencontre, afin de nous annoncer les mesures retenues. C’est alors que les entrepreneurs pourront ou encenser un premier pas vers l’implication de la société civile dans les plans gouvernementaux, ou déplorer une trop grande timidité ou un carcan politique dogmatique qui pourrait à lui seul ruiner tous nos espoirs », a conclu Denis Jacquet.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page