BusinessCréerL'idée innovante

Ces start-up qui créent la polémique

Généralement à la pointe de l’économie numérique ou des biotechnologies, de
nombreuses start-up créent la polémique par leurs pratiques qui bouleversent
des marchés traditionnels ou posent des questions d’ordre éthique. Quelles sont
ces nouvelles entreprises et comment s’y prennent-elles pour bousculer nos
habitudes ainsi que des modèles économiques établis de longue date ?

1. Uber au cœur d’une révolution du
marché des transports

La start-up américaine a beaucoup fait parler d’elle ces derniers temps,
par la mobilisation historique que son implantation en France a généré parmi
les conducteurs de taxi. Très controversée notamment pour son service uberPOP,
l’entreprise américaine espère que les législations évolueront en sa faveur une
fois qu’elle se sera installée avec succès sur différents territoires. Mais en
faisant le choix du rapport de force avec les pouvoirs publics, l’entreprise
ternit son image de marque déjà affectée par des affaires de sexisme (la
proposition de faire conduire des mannequins pour un service personnalisé) et
l’appel de son PDG à espionner les journalistes la critiquant pour les forcer à
se taire… Et pourtant, Uber présente une offre qui a un grand potentiel. Sa
clientèle se compose en majorité de personnes n’ayant pas les moyens de se
payer un taxi classique. Par ailleurs, l’offre de la société américaine
permettrait de fluidifier un marché qui est considéré par beaucoup comme trop
réglementé.

2. De Snapchat à Tinder, la vie privée
et la dignité en question ?

Les applications pour téléphones mobiles révolutionnent les interactions
sociales, de la rencontre amoureuse à la communication au quotidien. Mais des
questions sont soulevées quant à la protection de la vie privée. En effet, les
exigences de monétisation de ces applications (Snapchat a refusé un rachat par
Facebook qui s’élevait à 3 milliards de dollars) laissent planer un doute sur
l’usage des données personnelles et des messages envoyés (s’autodétruisent-ils
vraiment ?). Du côté de Tinder, outre les critiques hygiénistes des
conservateurs américains, une affaire de harcèlement sexuel parmi ses
dirigeants a terni l’image de l’application. Au-delà de ces noms biens connus,
d’autres applications ont été exposées pour leur usage douteux. Ainsi
« Secret », qui permet d’envoyer des messages anonymes, a été accusé de
favoriser le cyberharcèlement et l’expression de propos racistes : elle est
désormais fermée. Certaines autres applications comme Gossip, similaire à
Snapchat, sont la cible du gouvernement. La ministre de l’éducation Najat
Vallaud-Belkacem a par exemple signalé récemment à BFM TV que l’application
pouvait propager des rumeurs qui peuvent « nuire à la qualité du climat
dans les établissements scolaires » en alimentant le harcèlement scolaire.

3. Les biotechnologies et la
manipulation du vivant

Les entreprises de biotechnologie organisent un nouveau rapport à la
biologie qui ne va pas sans créer de vives polémiques à l’heure des
préoccupations écologiques. Ainsi le coût du séquençage de l’ADN humain est
passé de plusieurs millions de dollars au début des années 2000 à environ 1000
dollars aujourd’hui. Citons l’américain Illumina pour le séquençage ou le français
Genosplice pour l’analyse des données. Avec ces start-up, chacun pourrait
bientôt faire séquencer son génome à très bas coût. Mais dans quel but ? C’est
là que les questions éthiques apparaissent. Des start-up chinoises seraient
déjà à l’œuvre pour créer des embryons génétiquement modifiés et des enfants
aux performances cognitives accrues… Fort heureusement, cet eugénisme rendu
si facile reste pour l’instant limité par les législations en vigueur.

De nombreuses start-up sont au cœur de polémiques à travers lesquelles se
discutent les contours des marchés de demain, mais aussi de nos modes de vie.
Elles nécessitent de s’adapter, tant dans nos pratiques que dans leur
encadrement légal, à des innovations soudaines et surprenantes.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page