Actualité

La SPL Ruches d’Entreprises placée en liquidation

La Société Publique Locale (SPL) Ruches d’Entreprises regroupait 12 structures dédiées aux entreprises depuis fin 2014. Initiée par le Conseil Départemental du Nord, cette organisation comptait neuf actionnaires et vient d’être placée en liquidation, suite à la promulgation de la loi NOTRe.

La fédération de 12 structures dédiées aux entreprises

Fin 2014, le Conseil Départemental du Nord demande à 12 pépinières d’entreprises de se regrouper pour actualiser leur organisation et former une grande Société Publique Locale (SPL). Le but de cette structure consiste à maintenir un écosystème entrepreneurial dense dans le département. A sa fondation, la SPL Ruches d’Entreprises dispose d’un capital de départ d’un million d’euros et compte neuf actionnaires, dont le Conseil départemental du Nord représente 51%, accompagné de huit intercommunalités : LMCU, la CU de Dunkerque, la CA Porte du Hainaut, la CA du Douaisis, Valenciennes Métropole, la CA de Maubeuge Val de Sambre, la communauté de communes du Caudrésis-Catésis et la communauté de communes Sud Avesnois. L’organisme propose des services d’accueil dans des pépinières d’entreprises basées à Lille, Douai, Denain ou encore Maubeuge, ainsi que des centres d’affaires et de formation. Cette structure, qui héberge des entreprises telles qu’Inditime, WedEvent ou Neo Conception, se voit placée en liquidation alors qu’elle semblait prometteuse.

La loi NOTRe causerait la perte de la SPL

Jusqu’à maintenant le succès était au rendez-vous : les 280 firmes accueillies généraient plus de 70 millions d’euros de chiffre d’affaires et employaient plus de 70 salariés. Avec 110% d’augmentation des produits d’exploitation en cinq ans et trois importants projets à l’échelle européenne, la SPL Ruches d’Entreprises constituait le premier réseau de pépinières d’entreprises en France. Sauf que la loi NOTRe du 7 août 2015 oblige les départements à transférer leur action économique aux régions. Le président des Hauts de France, région à laquelle le Nord appartient, Xavier Bertrand, refuse de reprendre les Ruches. Selon Christian Poiret, directeur de celles-ci, Xavier Bertrand ne souhaite tout simplement pas se retrouver obligé de créer de nouvelles ruches dans les autres départements. D’autres pensent que cet abandon relève d’une volonté de se concentrer sur les start-up et l’innovation économique. Quoiqu’il en soit, la liquidation est bel et bien prévue pour le 31 août prochain.

Une liquidation prévue pour le 31 août

Les 280 entreprises hébergées ignorent ce qui les attend à partir du 31 août 2017. Placée en liquidation, la SPL qui les accueille compte désormais sur la détermination de Christian Poiret, son directeur depuis le 2 mars dernier. Celui-ci tente de reprendre le dossier en main mais quelques licenciements semblent inévitables. Il indique lui-même : « je ne sais pas encore si on gardera tout le personnel. » L’avenir des membres de cette ruche paraît bien incertain, des bruits courent selon lesquels la structure se verrait transformée en hôtel d’entreprises. L’un des membres de DM Création, hébergée par la SPL, David Mikolajczak, déclare à ce sujet : « Une Ruche d’entreprises c’est un monde à part, tout le monde se connaît, ça bourdonne. Si on vient ici, c’est pour les services offerts, l’accompagnement. Un hôtel d’entreprises, si demain la Ruche devient hôtel d’entreprises, c’est autre chose. »

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer