Actualité

Redressement judiciaire d’un des CCE les plus riches de France

Alors que les chefs d’entreprises peinent à financer leurs entreprises, le géant comité d’entreprise d’Air France vient d’être placé en redressement judiciaire ce mardi par le tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis). On se demande comment cela peut être possible alors qu’il reste l’un des plus riches de France derrière ceux d’EDF et de France Télécom.

Un CCE doté de moyen faramineux

Avec un budget d’environ 90 millions dont 35 ont pour origine la compagnie aérienne et disposant d’un patrimoine immobilier plus que conséquent, le CCE, dirigé par les représentants syndicaux semble avoir manqué des bases d’une gestion. 

L’origine du problème

C’est en effet le manque de liquidités qui serait à l’origine de l’impossibilité d’honorer ses dettes d’un CCE qui gère les activités sociales et culturelles d’environ 49.000 salariés ainsi que leurs cantines.
Les fraudes semblent avoir été nombreuses : logements de fonction indûment attribués, achats excessifs par Carte Bleue, location de voitures de luxe… Autant dire que certains semblent avoir profité d’un CE plus que suffisamment aidé, l’entrainant dans les tourmentes de la brigade financière et des poursuites judiciaires. 

Les moralisateurs moralisés

Ce CCE qui emploie plus de 200 personnes aura donc vu grâce à une mauvaise gestion des détachés syndicaux, celui-ci tombé dans le rouge. Désormais, la guerre syndicale est déclarée et des accusations allant d’erreurs manifestes de gestions à fraudes sont évoquées. La CFDT ou la CGT n’ont d’ailleurs pas réussi à redresser les comptes alors que dès 2005, un premier audit avait signalé des écarts de gestion qui ont entrainé les comptes dans la zone rouge en 2009.

Du coup, ce CCE qui emploie 200 personnes se retrouve dans une situation difficile malgré l’action de plusieurs dispositifs pour redresser ses comptes et ceci même en présence d’un mandataire judiciaire à partir de novembre 2010 ainsi qu’une procédure de sauvegarde ouverte en février 2013. Cette dernière avait d’ailleurs entrainé un plan de réduction des effectifs et la vente de plusieurs centres de vacances.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page