Actualité

[Emploi] Rebsamen n’annonce ni une amélioration, ni une aggravation du chômage pour avril

Ce mercredi, 18 heures, sera publiée la très attendue évolution du taux de chômage en France. Dès ce matin, François Rebsamen, le ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social, a annoncé un statu quo sur le front du chômage. Pas d’« amélioration immédiate » donc, ni d’ « aggravation significative » du nombre d’inscrits à Pôle emploi selon le ministre.

Nouveau Record

Les résultats attendus ne sont donc pas encore très positifs, cependant, François Rebsamen, interviewé par le groupe Ebra, a annoncé des objectifs rassurants en matière de chômage :
«Mon objectif, est que la moyenne sur le deuxième trimestre de cette année soit inférieure à la moyenne du premier trimestre», en espérant que cette fois-ci, cela se concrétise.

Les chiffres du mois dernier faisaient état d’un nouveau record avec 3,349 millions d’inscrits à Pôle emploi, même si le nombre de demandeurs d’emploi sans activité s’est stabilisé en mars avec une faible hausse s’élevant à 1600 nouveaux inscrits.

Le taux de chômage se stabilise pour le deuxième mois consécutif mais parallèlement Pôle emploi ne constate aucune baisse des inscriptions depuis octobre 2013 et enregistre même une hausse de 4,1% sur un an.

Sur l’ensemble du territoire (DOM compris), le nombre de demandeurs d’emploi dans les catégories A, B et C s’élève à 5 246 800, un chiffre qui ne tend toujours pas à la baisse.

Le gouvernement est attendu au tournant

Les deux dernières élections (municipales et européennes), ont placé le PS dans une mauvaise posture, c’est la raison pour laquelle le gouvernement dirigé par Manuel Valls est attendu au tournant en ce qui concerne les résultats économiques, dont le taux de chômage qui occupe une place primordiale.

L’Unédic, qui gère l’assurance chômage, affirme de son côté que la situation ne devrait pas se diriger vers une amélioration. L’organisme prévoit une hausse de 103 200 demandeurs d’emploi sur l’année 2014 et 60 000 en 2015

Les armes de lutte contre le chômage

Pour essayer de remédier à cette situation, le gouvernement mise sur une reprise de la croissance, en plus des dispositifs déjà mis en place pour lutter contre le chômage des jeunes et des séniors.
A la fin du mois d’avril, le ministre des Finances, Michel Sapin, a confirmé qu’il espérait une croissance de 1% en 2014 et 1,7% en 2015. Des chiffres relativisés par Bruxelles qui est septique quant à la concrétisation de ces objectifs. En outre, selon les économistes, il faudrait au moins 1,5 point de croissance pour créer de l’emploi.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page