BusinessDévelopperPays

Quels sont les gouvernements qui favorisent le plus l’entrepreneuriat dans le monde ?

Beaucoup de pays ont mis en place une réglementation protégeant
l’entrepreneuriat. Désireux de créer un environnement propice au développement
des start-up, ils ont décidé de faciliter la création d’entreprise. Quels sont
donc les gouvernements dans le monde qui laissent libre cours à
l’entrepreneuriat ?

La Suisse, îlot de liberté économique en
plein cœur de l’Europe

La Suisse est l’un des pays où il fait bon entreprendre. Classée première
économie européenne dans le classement 2013 de l’indice de liberté économique,
elle a su créer un cadre propice à l’entreprise et plus particulièrement aux
PME. Son maillage de petites sociétés est l’un des plus serré du monde : on
estime à 99 % le nombre d’entreprises privées de moins de 500 salariés (hors
agriculture).

Quelles sont les raisons d’une telle profusion entrepreneuriale ? Elles
sont multiples. Un taux de prélèvements obligatoire faible (26,9 % en 2012,
contre 44 % en France), des cotisations sociales en proportion 4 fois
inférieures à celles pratiquées dans l’hexagone ; un droit du travail plus
souple et beaucoup moins lourd. Autant d’atouts qui font de la Suisse l’une des
économies les plus prospères du monde.

Hong Kong, le miracle asiatique

Hong Kong est aujourd’hui une mégalopole ultramoderne disposant d’un cadre
législatif favorable pour les entrepreneurs.

Elle compte près de 900 000 sociétés pour une population avoisinant les 7
millions d’habitants. Un signe évident d’environnement propice pour les
créateurs d’entreprise. L’économiste nobélisé Milton Friedman déclarait même
que Hong Kong était le parangon du libre marché. Les autorités se targuent
effectivement d’intervenir le moins possible dans la vie économique. En
chiffre, les résultats de cette philosophie s’avèrent éloquents : Hong-Kong
était en 2012 la troisième destination des investissements directs étrangers et
son produit intérieur brut (PIB) a été multiplié par 180 entre 1961 et 1997.

Allemagne, l’effort payant

Le modèle allemand n’incitait guère à l’entrepreneuriat. Pourtant,
l’Allemagne a su relever la tête et créer un climat favorable à l’entreprise.

Quatre réformes ont été introduites au tournant des années 2000 dans le but
de lutter contre le chômage: la plus célèbre et controversée fut la loi Hartz
IV adoptée en 2005. L’esprit de ces aménagements juridiques était d’introduire
davantage de flexibilité dans le marché du travail et de réformer
l’assurance-chômage. L’Allemagne a su renforcer le poids de son Mittelstand :
ses petites et moyennes entreprises prospèrent et sont deux fois plus
nombreuses que dans l’hexagone. Les dépenses publiques se tassent, leur taux
est inférieur de 10 points à celui de la France. Les résultats ont été
spectaculaires : l’économie allemande est désormais la locomotive de l’Europe
et le taux de chômage a été divisé par deux en l’espace de 7 ans.

La liberté d’entreprise, un faible poids
des taxes, une libéralisation du marché du travail ont constitué un terreau
favorable à l’entrepreneuriat. Indispensables dans le marché libre et ouvert de
l’économie mondialisée, ces éléments ont été adoptés par de nombreux pays et les
résultats ne se sont pas faits attendre.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer