Actualité

Quand l’Etat délocalise les marchés publics

L’Etat s’affiche souvent comme un protecteur de l’emploi de l’hexagone prônant la compétitivité des entreprises françaises. Une décision du Stif, organisation en charge des transports en région parisienne, vient de provoquer un tôlée et une vive réaction des parties de droite qui dénonce une contradiction.

Le Stiff vient annoncer la délocalisation d’un centre d’appel au Maroc, ce qui reviendrait à la suppression de 80 emplois en France. Cette décision intervient alors que l’Etat a tenté de convaincre les opérateurs télécoms français de rapatrier leurs centres d’appels. Etrange contradiction…

Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France a été pris à partie par son propre camp et a logiquement annoncé qu’il allait se repencher sur le dossier mais que le code des marchés publics ne permettaient « pas de favoriser l’exécution de prestations sur le territoire national, voire européen ».

Arnaud Montebourg et François Hollande sont venus à sa rescousse puisque le premier salue « la volonté du Président de la Région Ile-de-France d’étudier toutes les voies légales possibles » alors que le second a déclaré que « les règles ont été respectées » tout en encourageant « les acteurs publics à la responsabilité » afin de favoriser le marché français.

C’est ainsi que désormais « une refonte générale» du code des marchés publics est actuellement réclamé afin de faire éventuellement fournir les marchés publics par des entreprises françaises. Le président de la région Ile de France, aura souligné une chose : les entreprises françaises connaissent des problèmes graves de compétitivité…

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page