Actualité

[Études] Des pauvres plus pauvres mais moins nombreux

La toute dernière étude de l’Insee a été très révélatrice. Pendant que le taux de pauvreté aurait dégringolé en 2012, il se trouve que le revenu moyen serait lui aussi retombé à la baisse. Rendue publique ce mardi 9 septembre, l’étude démontre que le niveau de vie aurait subi une baisse générale et qu’en contrepartie, le taux de chômage aurait connue une hausse. Explications.

Les familles monoparentales affectées

L’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) dévoile, à travers sa toute dernière étude, une baisse dans le taux de pauvreté en France. Très bien, mais qu’en est-il du revenu moyen ? C’est ce que le cabinet d’analyse a tenté de démontrer via cette enquête. Les chiffres affichent une baisse importante dans les revenus moyens- un fléau qui touche particulièrement les familles monoparentales. En effet, elles contribuent maintenant à 22,3% dans la pauvreté, contre 20,6% il y a trois ans. Toujours selon l’Insee, il se trouve que le niveau d’activité moyen de ces familles diminuent de 5% et touche plus précisément les mères de famille monoparentales.

Sous le seuil de pauvreté

Les statistiques officielles dénotent que l’intensité de la pauvreté augmente considérablement. La moitié des personnes étant sous le seuil de pauvreté disposent de moins de 784 euros par mois, ce qui équivaut à un niveau extrêmement bas depuis l’année 2006. Jérôme Accardo explique que « Le taux de pauvreté se réduit un peu, mais ce n’est pas le signe d’une hausse du niveau de vie des moins favorisés ». Le responsable de ressources et conditions de vie des ménages ajoute également qu’« à l’inverse, les plus pauvres ont eu en 2012, un niveau de vie particulièrement bas », sur fond notamment de forte hausse du chômage ». Les résultats démontrent que même la part des chômeurs aurait considérablement augmenté.

Ceux à la retraite sont moins pauvres

Dans le cadre de la même étude menée par l’Insee, il semblerait que les retraités font partie des moins pauvres de la population française. En effet, à l’inverse des familles monoparentales, les retraités ne sont pas touchés par ce fléau. Pour preuve, l’analyse révèle que le niveau de vie de cette population aurait grimpé de 0,3% en euros constants en 2012. Et ce, pendant que les actifs ont connus une baisse de 1,3%. La raison qui explique cette légère amélioration serait sans doute due à la revalorisation des pensions intervenue en 2012 et également due à la hausse de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) mise en place en 2007.

Taux de pauvreté à la baisse

Comme mentionné plus haut, le taux de pauvreté de la population française aurait chuté d’au moins 0,4%. Étonnamment, même si les revenus avaient subi une baisse importante, il se trouve que la pauvreté, elle, serait passée de 14,3% a 13,9% en une année. L’Insee précise également que la moitié de la population vit avec plus de 1634 euros par mois, tandis que l’autre moitié lutte avec bien moins mensuellement. Enfin, l’Institut national de la statistique ajoute que ce recul du taux de pauvreté serait dû au niveau de vie médian qui aurait elle-même baissé de 1% entre 2011 et 2012. Pour conclure, Jérôme Accardo souligne qu’« il serait plus satisfaisant de voir tous les revenus augmenter. En 2012, les revenus des plus riches ont certes diminué, mais ceux des plus pauvres également ».

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page