Actualité

Partech Ventures investit dans des jeunes pousses numériques

Pour encourager les start-ups high-tech et pallier l’insuffisance de financements en Europe, Partech Ventures a décidé de fournir aux entreprises œuvrant dans le domaine des nouvelles technologies des fonds dont les montants s’échelonnent entre 10 et 45 millions d’euros. 

Les capital-risqueurs américains dominent les gros financements

Les sociétés françaises de capital-risque ne sont pas vraiment intéressées par le financement, peut-être parce qu’il existe trop de risques, ou que cela demande un investissement hors-norme. Conséquence : les entreprises sont tentées d’aller chercher de l’aide auprès des sociétés américaines. Au cours de la conférence annuelle du marché boursier d’Euronext, Jean-David Chamboredon, le président du fonds d’entrepreneur Isai a notamment affirmé que « pour financer les grosses levées de fonds, les financeurs sont généralement les investisseurs étrangers et [qu’] il est difficile de penser autrement ». 

Un phénomène qui s’explique également par le manque de moyens des sociétés françaises de capital-risque pour financer les jeunes pousses lorsque ces dernières arrivent à un certain stade de leur croissance. Il a été noté que les ressources diminuent, car les banques, les assureurs ainsi que les particuliers se désintéressent de ces financements. 

Une solution de Partech Ventures

Face à ce constat, la société Partech Ventures entend choisir 3 à 5 start-ups high-tech tous les ans dans lesquelles elle investira des tickets allant de 10 à 45 millions d’euros. Pour prétendre à ce financement, il faut néanmoins que ces entreprises affichent un chiffre d’affaires de quelques dizaines de millions d’euros. Ces investissements sont accordés dans le but d’aider les start-ups qui présentent du potentiel à pénétrer le marché international et à devenir leader sur leur marché. 

Bpifrance a déjà mis un pied dans le financement des start-ups innovantes avec le fonds « Large Venture », créé en 2013, qui propose des tickets de 10 à 50 millions pour les sociétés œuvrant dans le domaine de l’environnement, du numérique et de la technologie. Jusqu’à présent, les entreprises qui ont été choisies dans ce cadre sont Pixium, Fermentalg et Vison. 

Côté chiffres, au cours le premier semestre 2013, on a enregistré environ 141 millions d’euros investis par les sociétés de capital-risque français. Pour le premier semestre de l’année 2014, ce chiffre a augmenté de 378 millions d’euros. Encourageant !

Afficher plus

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page