Parisot souhaite rester à la tête du MEDEF

La présidente du MEDEF, Laurence Parisot, devant quitter ses fonctions en juillet, compte bien rester à la tête de l’organisation patronale et changer ses statuts internet au conseil exécutif.

Les statuts du MEDEF remis en question

En effet, d’après les textes, il est impossible pour l’actuelle présidente du MEDEF de se représenter pour un troisième mandat. Ayant accompli le premier de 5 ans et le second de 3 ans bientôt (en juillet), Mme Parisot souhaite prolonger son mandat. « Cinq ans pour l’un, trois ans pour l’autre, ce n’est pas très démocratique, c’est une incohérence que nous voulons corriger », déclare-t-on au MEDEF pour défendre cette idée.

Une opinion tant contestée par le candidat déclaré à sa succession

Selon Jean-Claude Volot, candidat favori pour remplacer Mme Parisot, cette nouvelle s’annonce comme «un coup d’Etat ». « Si elle change les statuts, c’est pour prolonger son mandat ou en briguer un troisième. C’est immoral ! », explique-t-il.

Autre changement : celui de la limite d’âge

La limite d’âge des dirigeants du MEDEF, fixé actuellement à 65 ans, sera également abordée lundi à l’ordre du jour. « Le but est cette fois de s’assurer que Michel Pébereau (l’ancien patron de BNP Paribas) bientôt frappé par cette limite, puisse rester à ses côtés », dénonce l’un de ses opposants internes.

Dès lundi, le conseil statutaire du MEDEF examinera ces propositions, avant le verdict du conseil exécutif. Ensuite, elles devront être adoptées par plus de la moitié de ses membres, ainsi que par les deux tiers de l’Assemblée générale du MEDEF, pour être actées.

Quitter la version mobile