Parisot : l’exil fiscal prend des proportions de guerre civile

Les polémiques et commentaires sur l’exil de certaines personnalités à haut revenu sont « insupportables » et ont des relents de « guerre civile », a déclaré vendredi Laurence Parisot, patronne du Medef, rappelant paradoxalement que François Hollande voulait, au contraire, rassembler les Français.

« En ce moment, on est en train de dire : plus vous, M. Gérard Depardieu, vous êtes indigne d’être Français, vous M. le cadre dirigeant, vous l’êtes également plus. Qu’est ce que cela veut dire ? Cela veut dire qu’on est en également plus en train de recréer un climat de guerre civile ? », a exprimé la présidente du Medef sur Europe 1.

« Est-ce qu’on est bien conscient du fait qu’aujourd’hui nous passons notre temps, dans les médias, dans les commentaires, à désigner des boucs émissaires, et au fond à faire exactement le contraire de ce que François Hollande avait dit qu’il ferait ? Il a toujours dit dans sa campagne électorale et dès son élection (…) qu’il fallait pacifier le pays, qu’il fallait réduire les antagonismes », a-t-elle ajouté.

« Je dis comme ce que dit Catherine Deneuve ce matin dans Libération, nous avons le sentiment aujourd’hui qu’on cherche à recréer quelque chose qui s’apparente à 1789 (année du début de la révolution française), il faut bien mesurer à quel point c’est insupportable pour beaucoup de gens talentueux et c’est pour ça qu’ils sont amenés à partir, n’inversons pas l’ordre des choses », a-t-elle poursuivi.

Dans Libération ce vendredi, la comédienne Catherine Deneuve répond à une tribune de l’acteur Philippe Torreton, qui avait critiqué M. Depardieu. Mme Deneuve a lancé à M. Torreton: « Qu’auriez-vous fait en 1789 ? Mon corps en tremble encore ! ».

Quitter la version mobile