Actualité

Paris Capital numérique : le rendez-vous des start-ups

Selon Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’Economie numérique, Paris Capital numérique s’installerait à la halle Freyssinet, dans le 13ème arrondissement, pour accueillir les start-ups dans 25 000 mètres carrés et deviendrait la vitrine de Paris en matière de numérique.

Cet ancien bâtiment ferroviaire, portant le nom de l’ingénieur, construit en 1927, accueillait les halles de messageries de la gare d’Austerlitz. Il a servi, par la suite, pour diverses manifestations telles que la Fashion Week en 2009. Avec un espace de 25 000 mètres carrés, l’établissement constitue « la piste la plus sérieuse parmi les implantations étudiées » pour créer le projet de « Paris Capitale Numérique », annoncé par Fleur Pellerin en octobre dernier, s’inspirant de la Tech City londonienne. Cet endroit deviendrait « une vitrine internationale, un des grands incubateurs de classe mondiale » et pourrait accueillir « jusqu’à 1 000 start-ups ».

La halle Freyssinet, classée monument historique en 2012, appartient jusqu’à présent à la SNCF. « Il faudra donc au préalable mener une opération d’acquisition ainsi qu’une opération foncière sur la zone » et sera financé « par un pool d’investisseurs, avec un appui possible de la Caisse des dépôts ». La Caisse est chargée notamment de la mission de préfiguration du projet et doit rendre ses conclusions en juin. Selon le maire du 13ème arrondissement, Jérôme Coumet, la SNCF souhaitait vendre ce bâtiment pour 70 millions d’euros.

« Le projet se fera en étroite concertation avec la ville de Paris et la région », a annoncé Mme Pellerin, en espérant que « ce quartier aura un effet d’entraînement sur les banlieues à l’Est de la capitale », en citant Ivry-sur-Seine (94), Vitry-sur-Seine (94) et Montreuil (93). Un site en ligne, dédié au projet, est ouvert aux entrepreneurs, industriels, collectivités et universitaires jusqu’au 1er avril.

L’objectif de Paris Capital numérique est « d’accroître la visibilité internationale du secteur numérique français à travers le regroupement des acteurs et des structures et, d’autre part, de stimuler le développement de l’économie numérique française ».

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page